Eco-riders : l’avenir du déplacement urbain écologique

4366
0
SHARE

Paris, le 1er juin 2015. Le ciel est bleu mais il y a quelques nuages. Antoine, le cofondateur de la société Eco-riders nous présente les véhicules électriques que distribue la société formée en 2014. Le bruit des scooters débridés de la capitale résonnent dans les rues presque vide du milieu d’après-midi, et il arrive sur une machine plutôt impressionnante et originale : un gyropode.

Tellement has been la voiture, le deux-roues ou le vélib’! Arrivé il y a déjà plusieurs années en France, l’engin de déplacement personnel écologique avait plu, mais n’avait pas séduit tout le monde. Trop encombrant, trop cher et surtout réservé à certaines activités, les précurseurs du gyropode, Segway, n’avait pas conquis le marché des particuliers. Eco-riders arrive avec des véhicules électriques qui valent le détour. Ce détour, qui se fait bien trop souvent en insultant son passager, lorsqu’on est en voiture. Redécouvrons la route, les petits trajets quotidien, les déplacements urbains. Découvrons Eco-riders.

Le gyropode s’est déjà fait remarquer depuis quelques années. L’engin électrique, fascinant par sa stabilité face à l’incompréhension de ses nombreux observateurs, était majoritairement utilisé pour des virées touristiques dans les rues des grandes villes de notre douce France, ou bien pour quelques activités très ciblées. Le street marketing, la communication originale en tout genre ou même les cameramen sur des tournages avaient la chance de posséder ces engins. Une grande stabilité pour tourner des films, et un mode de déplacement qui intéresse, car tout nouveau et peu connu chez les particuliers, chez nous tous. Qu’est ce s’est? Comment ça marche? C’est cher un truc comme ça? Comment est-ce qu’on tient sur ces engins du futur? Un futur qui ne l’est plus.  Toutes les réponses dans cet article. La révolution en matière de déplacement urbains et professionnels est enclenchée, et nous avons réussi à avoir les images des premiers coup de fusil, ou plutôt des premiers tour de piste de la Green Transportation.

Gyropode Ninebot One
Gyropode Ninebot One

Gyropode

Pour la petite information, le mot gyropode vient tout juste d’entrer au dictionnaire Le Robert, édition 2016. Alors si vous ne le connaissiez pas, vous êtes pardonnés. Comme tous les nouveaux engins de déplacement personnels que propose Eco-riders, le gyropode fonctionne à partir d’une « assiette zéro ». La technologie gyroscopique est à la base de la stabilité de la machine.

Gyropode

Le gyropode est l’engin le plus encombrant des différents véhicules que propose Eco-riders. Une utilisation quotidienne est difficile, et son poids (23kg) risque de dissuader quiconque de vouloir essayer de le porter. Le gyropode est «deux fois moins lourd qu’un Segway, mais assez encombrant pour monter dans le bus ou prendre les transports avec », déclare Antoine. Un objet qui est donc plus à destination des professionnels où « le but est de pouvoir travailler avec les professionnels du tourisme, du loisir, de l’animation, du street marketing, avec les communautés et leurs administrés, les offices de tourisme (ballades)… » Un engin a presque 3000€ qui possède de nombreuses qualités. Une longue autonomie de batterie, deux modes de configurations différents (avec ou sans le manche), une prise en main rapide et des options disponibles (niveau de batterie, compteur kilométrique, connexion avec un smartphone -détaillé plus bas-). « Une utilisation personnelle reste possible mais peu répandue. », affirme Antoine avant d’arriver avec une innovation qui risque bien de faire tourner la roue.

Ninebot One

Une roue et deux repose-pieds : voilà l’essentiel de l’objet le plus innovant d’Eco-riders. Il est en vente depuis janvier dans la société Eco-riders, et depuis près de deux ans dans le monde. Un mode de déplacement vraiment tout nouveau. L’équilibre du début est difficile à trouver, Antoine conseille « d’apprendre en plusieurs fois une demi-heure. ». Le temps d’un match de foot suffit à se sentir à l’aise avec la machine et un tout petit peu plus de temps pour véritablement maitriser toutes les étapes du déplacement écologique.

Le gyroroue Ninebot One est également un véhicule connecté. Il existe la possibilité de changer l’apparence du véhicule avec des coques interchangeables, des LED sur le côté affiche le niveau de batterie de l’appareil et son poids fait toute la différence : moins de 14 kilos. Disponible à partir de 990€.

« L’objet le plus vu, le plus utilisé parce que le plus mis en avant. Aujourd’hui c’est celui la que les gens veulent le plus » affirme le cofondateur d’Eco-riders. Sous le soleil qui persistent à travers les nuages qui surplombent le boulevard Richard Lenoir, plusieurs passants s’arrêtent regarder la scène. Un homme, puis deux. Une femme arrive et un couple s’arrête. Quelques intéressés prennent la carte de visite de notre interlocuteur et Antoine finit sa phrase. « Tous les autres produits de notre gamme sont des produits nouveaux qui vont bénéficier de l’exposition de celui-là pour, eux aussi, être visible dans le temps ». Alors découvrons les autres.

Le lien de la page officielle du Ninebot One:
http://www.eco-riders.boutique/gamme-eco-/8-ninebot-one.html

Rocketskates : allier l’utile à l’agréable

Encore moins encombrant et toujours plus innovant, les rollers électriques arrivent. « Une alternative qui permet de ne pas être bloqué dans les bouchons, de ne pas être la tête collée à la barre du métro, une solution efficace, écologique et rapide ». Eco-riders sort le premier modèle au monde de roller électrique de ce genre. 3, 5 kilos à chaque pieds et c’est parti jusqu’à 16 kilomètres d’autonomie (variable selon les modèles). En comptant que le trajet domicile-travail pour un habitant d’une grande ville est en moyenne de 8 kilomètres, l’aller retour est possible avec les Rocketskates. Une alternative au bus, au métro ou même au vélo électrique, au vélib ou à la trottinette. Sans compter le coût d’achat du véhicule, le déplacement avec les engins de déplacement personnels d’Eco-riders ne vous coûtent pas un centime. (sans compter l’électricité pour recharger l’engin).Ecologique, économique et agréable. « Un équilibre différent est à trouver. L’avant des pieds est libre pour franchir des obstacles, escaliers, marches, sans déchausser », déclare Antoine. “La propulsion se fait à l’arrière des chevilles. Une jambe légèrement en arrière qui retient, et une jambe avant pour ralentir et accéléré. Le pied avant donne également la direction et il permet les virages”. Il ajoute qu’Eco-riders est une nouveauté qui vient s’ajouter au marché, et ne représente pas un substitut aux autres moyens de locomotions pus courants. C’est « une offre qui ne vient pas remplacer ni la marche à pied, ni les vélos électriques, ni les skates ni les rollers, mais qui vient compléter cette offre ».

Rechargeable en 2h30, les Rocketskates sont déclinés en deux versions. Le modèle gris, à 990€ avec 13 kilomètres d’autonomie et le modèle noir, vendu à 1190€ avec 16 kilomètres d’autonomie.

La vitesse maximum des rollers électriques est 20 km/h, largement suffisant pour bien avancer et rester en sécurité.

Disponible ici : http://www.eco-riders.boutique/gamme-eco-/24-rocketskates.html

L’application Rocketskate

Disponible sur mobile et sur toutes les plateformes de téléchargement d’application pour smartphone, l’application Rocketskate est un condensé de fonctions plutôt innovantes dans le monde des engins électriques. Après un scan bluetooth, votre téléphone est entièrement connecté à l’appareil. Batterie, surchauffe, défauts quelconques, tout y est référencé. L’application qui fait également remote controle (contrôle du véhicule à distance avec une télécommande), possède même des tutoriels, des « ranking », autrement dit classement des utilisateurs selon la fréquence d’utilisation et le nombre de kilomètres, et même le route mapping. L’accès à la communauté d’utilisateurs d’engin écologique Eco-riders est même disponible, de quoi se faire de nouveaux amis, et peut-être des compagnons de voyage jusqu’au travail le matin?

La société Eco-riders importe et distribue. Un réseau de revendeur est en train de se mettre en place sur le territoire. Il y a possibilité de trouver ces engins dans trois enseignes pour l’instant: à Toulouse, VHS Paris et depuis vendredi à Link, dans le centre commercial 4 temps à la défense. Un réseau de point de vente qui se développe en France et en Europe. Dans l’attente d’un revendeur local, tous les produits Eco-riders sont disponible sur le site internet de la société. (eco-riders.com) Les éventuels revendeurs intéressés ou de potentiels ambassadeurs afin de développer et promouvoir la société sont les bienvenus chez Eco-riders. Un petit peu de patience, les engins de déplacements personnels sont presque là.

Adrien Chaix