SHARE

L’état de New York s’apprête à voter ce mardi pour l’investiture du candidat républicain et démocrate. Côté démocrate, M.Clinton semble intouchable.

Bernie Sanders y croit encore.

Le dernier sondage de FiveThirtyEight, le site d’analyse de sondages de Nate Silver, ne devrait pas enthousiasmer le clan de Bernie Sanders. Cette enquête d’opinion, estime que la candidate démocrate Hillary Clinton aurait 98 % de chance de remporter la primaire. Aujourd’hui, ce sont deux cent quatre-vingt-onze délégués démocrates (dont 44 super-délégués) qui seront attribués à New York lors de ce vote. Une étape importante donc pour le sénateur du Vermont Bernie Sanders, qui ressemblerait à celle de la dernière chance. Mais l’humeur n’est pas au désespoir parmi ses militants, qui y croient encore. Et ils ont bien raison, puisque le suspense est toujours de mise ce soir avec seulement 5 points d’écarts annoncé entre les deux candidats, alors qu’il y a quelques mois l’ancienne sénatrice de New York possédait jusqu’a 20 points d’avance.

Les électeurs indépendants ne voteront pas.

Si tout reste possible à trois mois des résultats définitifs, une défaite de M.Sanders compliquerait grandement ses chances de victoires finales, lui qui possède aujourd’hui 1 100 délégués, loin derrière la favori Clinton avec ses 1 700 délégués, on rappelle qu’il faudra aux deux concurrent 2 383 délégués s’il veulent l’emporter.
Bernie Sanders, compte sur les deux Etats les plus importants en nombre de délégués, à savoir New York aujourd’hui et la Californie le 7 juin prochain où le sénateur de 74 ans et persuadé de pouvoir l’emporter. Point négatif pour lui, les indépendants ne pourront pas voter ce mardi côté républicain, puisque seul les personnes qui se sont inscrites avant octobre sur les listes du parti démocrate seront autorisés à voter. Un élément à prendre en compte et qui pourrait nuire à M.Sanders, lui où ses succès ont été construit dans des primaires ouvertes, comme celle du Michigan, dans lesquelles les électeurs indépendants avaient le droit de voter. Ce qui est sur, c’est que en cas de défaite l’outsider de ces primaires démocrates à déjà déclaré qu’il n’abandonnerait pas, et qu’il continuerait à se battre jusqu’au convention de juillet.

Nicolas Laurent.