SHARE

Donald Trump a promis jeudi 26 mai, lors d’une conférence de presse dans le Dakota du Nord, d’enterrer l’accord de Paris sur le climat en révoquant les engagements pris par Barack Obama pour limiter le réchauffement climatique, en cas de victoire à la présidentielle 2016.

Désormais officiellement candidat du parti Républicain pour les élections présidentielles en novembre prochain, Donald Trump a fustigé hier les règles visant à limiter le réchauffement climatique adoptées en décembre dernier lors de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP21), règles qui vont, selon lui, “tuer l’emploi et le commerce.” déclarant même vouloir “annuler l’accord de Paris sur le climat.”

Le magnat de l’immobilier New Yorkais, à également expliqué vouloir faire de la domination mondiale des Etats-Unis dans le domaine de l’énergie “un objectif de politique étrangère et un objectif stratégique” de son mandat. Pour redonner un élan économique à la première puissance mondiale, le milliardaire américain, compte s’appuyer sur l’exploitation du gaz et du pétrole de schiste. “Si nous ne développons pas la fracturation hydraulique, nous resterons dépendants du Moyen-Orient pour notre énergie.” a t-il insisté.

Plus étonnant, M. Trump a annoncé qu’il reviendrait  sur de nombreuses actions entreprises par Barack Obama, c’est le cas de l’annulation du projet d’oléoduc Keystone XL. Cet oléoduc long de 3 461 kilomètres, reliant le Canada au Mexique et transportant  essentiellement des hydrocarbures, avait été annulé par l’administration Obama en fin d’année dernière, en raison des inquiétudes qu’il suscite pour l’environnement. Le candidat des Républicains, qui sera opposé sauf immense retournement de situation à Hillary Clinton, aurait déjà donné son “feu vert” pour ce chantier, en souhaitant néanmoins augmenter la part de bénéfices des Etats-Unis.

Donald Trump a par ailleurs obtenu le nombre de délégués requis pour être investi lors de la convention du parti. Le candidat républicain à la Maison Blanche a en l’occurrence atteint 1.238 délégués selon le décompte officiel du site spécialisé Real Clears Politics. Or, 1.237 délégués (la majorité des 2.472 délégués totaux) sont demandés.

Nicolas Laurent.