Visite historique à Hiroshima : Obama plaide une dénucléarisation du monde

1351
0
SHARE
U.S. President Barack Obama and Japanese Prime Minister Shinzo Abe arrive for a joint news conference in the Rose Garden of the White House in Washington, April 28, 2015. REUTERS/Kevin Lamarque/File Photo

Ce vendredi 27 mai 2016 est à graver dans le marbre. Le Président Barack Obama s’est recueilli ce matin même à Hiroshima.

Une visite étonnante

Ce vendredi 27 mai 2016, le président des Etats Unis s’est rendu à Hiroshima pour glisser un message de paix. La visite est historique et l’émotion au rendez-vous. Et pour cause : la ville Japonaise avait été anéantie par une bombe atomique Américaine en 1945. Aujourd’hui, Barack Obama vient en paix pour plaider la construction d’un monde sans armes nucléaires. Il a d’ailleurs prononcé un discours, dans un silence fracassant. C’est lors de cette journée du 6 août 1945 que fut larguée à 08H15 la première bombe atomique de l’histoire, suivie, trois jours plus tard, par celle de Nagasaki. Un souvenir des plus douloureux. Premier président américain en exercice à se rendre dans ce lieu bouleversant, visité chaque année par plus d’un million de personnes, M. Obama a aussi livré sa vision d’un monde meilleur.

“Regarder l’histoire dans les yeux”

4927590_6_1479_barack-obama-embrasse-mori-shigeaki-survivant_07cf06632b638e699e8e66249517a395

Barack Obama étreint un survivant d’Hiroshima : Mori Shigeaki. Avant d’aller longuement serrer la main de ce survivant du feu nucléaire, M.Obama a ajouté : “Nous avons la responsabilité de regarder l’histoire dans les yeux”. Cet homme qu’il prend dans ses bras, c’est le dernier Sunao Tsuboi, âgé de 91 ans. Il avait expliqué avant la cérémonie que s’il avait l’occasion d’échanger avec le président, il exprimerait d’abord sa “gratitude” pour la visite avant d’ajouter : “Je n’ai aucunement l’intention de lui demander des excuses”. Le nonagénaire, militant antinucléaire de longue date a ému toute l’assemblée.

Il y a 71 ans “la mort tombait du ciel”

large

Il y a 71 ans, la mort est tombée du ciel. Nous sommes venus pour réfléchir à cette force terrible qui fut déclenchée dans un passé qui n’est pas si lointain” a déclaré M. Obama, le visage grave, après avoir déposée une couronne de fleurs devant le cénotaphe du Parc du mémorial de la Paix. “Reposez en paix, nous ne répéterons pas cette tragédie”, peut-on lire sur le bâtiment sobre qui contient des dizaines de volumes où sont consignés les noms des victimes du feu nucléaire américain.

Debout au côté de M. Obama, le Premier ministre japonais Shinzo Abe a souligné le “courage” du président américain, évoquant “un nouveau chapitre de l’histoire de la réconciliation entre le Japon et les Etats-Unis”. Juste avant d’entamer sa visite, M. Obama s’est par ailleurs rendu sur la base militaire américaine d’Iwakuni, toute proche.

La Chine mécontente

La Chine redoute en effet qu’en insistant sur le traumatisme de Hiroshima et Nagaski, la cruauté durant la guerre en soit par ailleurs oubliée. Le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yia a quant à lui jugé que Hiroshima “méritait l’attention”. “Mais le massacre de Nankin devrait encore moins être oublié”, a-t-il ajouté, en référence aux meurtres et viols de masse commis par les troupes japonaises lors de la chute en 1937 de ce qui était alors la capitale de la Chine.

Wassila KHIAR