SHARE

Près d’une semaine après les révélations fracassantes d’un articles des “Inrocks”, l’animateur et journaliste médias sort de son silence… et ça fait mal.

C’est sur sa célèbre banderole “urgence” que Jean-Marc Morandini l’a annoncée ce mardi matin. L’animateur d’Europe 1, toujours en TT sur le réseau social twitter,  a décidé de donner sa version des faits “face à la presse”, cet après-midi. Près d’une semaine après l’enquête choc des “Inrocks”, qui l’accusait d’avoir poussé de jeunes acteurs à s’exhiber et à se masturber lors d’un casting d’une web-série développée par sa propre boite de prod “ne Zappez Pas Production”, le présentateur de Crimes sur NRJ12 a pris la décision de s’exprimer sur le sujet, et ce face a la presse, pour la première et la dernière fois  :

“J’en prends plein la gueule depuis maintenant une semaine, c’est trop. Je lis des articles dégueulasses, des témoignages que personne ne vérifie, des accusations ignobles et je ne vous parle même pas des réseaux sociaux », à déclaré Jean-Marc Morandini pour commencer sa conférence face aux nombreux journalistes présents dans la salle, a l’exception des “Inrocks”, qui n’était pas autorisée à rentrer dans la salle. »

Accusant les “Inrocks” de manipuler la vérité, l’animateur a assuré qu’il allait porter plainte : « Les Inrocks manipulent la vérité, les Inrocks font les chiottes et ils veulent me faire passer pour un immonde pervers », puis se justifie ensuite sur le casting de sa web-serie et les accusations des acteurs : « Oui, les acteurs savaient ce qu’ils venaient tourner. Dès le premier contact avec ma boite de prod, c’était écrit noir sur blanc : ‘Vous devez être à l’aise avec la nudité’ Et ils ont reçu un scénario qui ne laissait aucune ambiguité sur les rôles à jouer. Ces acteurs qui ont passé un casting, sont ensuite revenus jouer un épisode un mois plus tard sans aucun problème. Ils sont revenus un mois après pour le 2e, puis un mois après pour le 3e et ainsi de suite sans jamais avoir été contraint. Et dix mois après les tournages, les Inrocks leur font dire que le tournage s’est mal passé ! ». Des accusations très graves, ou l’enquête des Inrocks évoquaient des demandes insistantes de ” fellations” lors des entretiens castings établi par mail : « Je n’ai jamais abusé de personne ou forcé quiconque à avoir des relations sexuelles avec moi. Et je vous le dis clairement, puisque vous l’attendez. Je n’ai jamais couché avec un mineur ».

“Marc-Olivier Fogiel a fait appel à son ex-amant : Matthieu Delormeau »

L’animateur va plus loin en faisant durer le suspense sur un animateur qu’il accuse de harcèlement de chantage depuis plusieurs semaines : « Un animateur télé qui m’a envoyé plusieurs messages. Pour faire simple, j’arrêtais de parler de ses mauvaises audiences ou il faisait sortir dans la presse des saloperies sur moi. », dit-il avant de montrer une copie de ses fameux messages face aux journalistes. « J’ai donc refusé ce chantage bien sur, mais mon avocat, Me Axelle Schmitz, ça ne l’a pas fait rire du tout et a tenu tout de même à faire faire des constats d’huissier de ces menaces, mais également à envoyer une mise en demeure à ce journaliste. « Deux mois après, ces menaces sont mises à exécution car j’ai continué à donner ses mauvaises audiences. L’animateur d’Europe 1 a ensuite divulgué le nom du “maitre-chanteur : ” Ce monsieur qui nous fait constamment de grande leçon de déontologie s’appelle Marc Olivier Fogiel. “Ce sont SES menaces qui ont été constatées par huissier et c’est LUI qui a reçu la mise en demeure, et c’est contre lui que je vais porter plainte au pénal ».

L’animateur, qui devait être présent dès la rentrée prochaine sur iTélé, évoque également un autre point important : « Pourquoi cette enquête est-elle sortie dans les Inrocks ? Ce journal appartient à Mathieu Pigasse, qui n’est autre que l’associé de Marc Olivier Fogiel. Les deux hommes travaillent ensemble depuis des années. »

Durant son discours, Jean-Marc Morandini en a profité pour faire des révélations qui ont effaré la salle : pour réaliser cette enquête publiée dans les Inrocks, Marc-Olivier Fogiel « a fait appel à son ex-amant : Matthieu Delormeau » : « Je détiens la preuve et des enregistrements qui attestent que Delormeau a appelé plusieurs personnes, jusqu’à vendredi dernier, pour les pousser à témoigner contre moi.

J’ai la preuve qu’il a usé de sa notoriété actuelle pour tenter d’influencer certaines personnes. » En effet, le chroniqueur de TPMP aurait, d’après les dires de Morandini,  poussé un certain “Chris Bieber” de faire des  témoignages douteux a son encontre sur les réseaux sociaux.

Des déclarations qui sonnent comme un coup d’éclat et qui n’ont pas fini de faire jaser puisque les “Inrocks” parlent d’un deuxième article qui sortira .. dès demain.

Bourillon Jessy