SHARE

L’agence nationale aérienne et spatiale (NASA) a annoncé en ce lundi 26 septembre la possible présence de geysers de vapeur d’eau sur “Europe”, l’une des 4 lunes de Jupiter.

L’observation a été faite par l’intermédiaire du télescope spatial Hubble, qui a repéré ces geysers sur le pôle sud de cette lune.

Avec 3100 kilomètres de diamètre, Europe reste légèrement plus petite que notre Lune (3474 kilomètres de diamètre). Cependant, la banquise glacée d’Europe dont l’épaisseur est inconnue, recouvrerait un océan de 150 km de profondeur, contenant deux fois plus d’eau liquide que tous ceux de la Terre réunis. Un océan d’autant plus fascinant étant donné que sa composition chimique serait très voisine de celle des océans terriens. Geoff Yoder, directeur par intérim de la Nasa pour la science explique l’enjeu de cette découverte:

“L’océan d’Europe est considéré comme l’un des endroits les plus prometteurs dans le système solaire, où la vie pourrait potentiellement exister (…) ces geysers, si leur existence est confirmée, pourraient offrir un autre moyen d’obtenir des échantillons de l’eau se trouvant sous la glace.”

En 2012, le télescope spatial Hubble avait déjà observé deux immenses panaches de vapeur d’eau atteignant environ 200 kilomètres d’altitude.

la-lune-de-jupiter-europe-cacherait-un-ocean-liquide-dont-une-partie-de-l-eau-serait-rejetee-sous-forme-de-panaches_64169_w460

La présence de vie ne serait ce que bactérienne sur Europe reste cependant qu’une hypothèse. En effet, la présence d’eau liquide à la surface d’une planète ou d’une lune est une condition indispensable mais pas suffisante pour que celle ci abrite une quelconque sorte de vie telle que nous la connaissons. La température, la masse de la planète ou la distance avec l’étoile par exemple, sont différents facteurs à prendre en compte également pour qu’il y ait une présence de vie.

En 2005, la sonde Cassini de la Nasa avait également détecté des jets de vapeur d’eau sortant de la surface d’Encelade, l’une des lunes de Saturne.

Le télescope spatial James Webb pourrait, dès son lancement en 2018, nous confirmer de manière définitive cette hypothèse qui reste au coeur de tous les mystères…

Thibault Hadziavdic