SHARE

Ce lundi 26 septembre 2016, avait lieu le premier débat télévisé opposant les deux candidats à la Maison Blanche. Le premier duel Trump/Clinton a t-il été décisif ? Eclairage.

Un record du nombre de tweets battu concernant un débat, plus de 90 millions de téléspectateurs, pas de doute le premier débat télévisé de cette élection présidentielle américaine est un moment historique. Entre punchlines et visions opposées, que faut-il retenir du premier des trois débats qui vont opposer la candidate démocrate, Hillary Clinton, à son rival républicain, Donald Trump ?

Tout d’abord les deux candidats avaient des enjeux différents. Alors que Donald Trump avait pour objectif de se donner une crédibilité, Hillary Clinton devait quant à elle rassurer sur sa santé et sa capacité à assumer le rôle de présidente des Etats-Unis.

D. Trump a bien commencé son débat en attaquant sa rivale sur un sujet essentiel : l’emploi. Ne cessant de répéter que les emplois américains ont été “volés” par les partenaires commerciaux des Etats-Unis, et démontant par la même occasion le bilan de Barack Obama, Trump se donnait l’avantage.

Mais la satisfaction des soutiens du milliardaire n’a été que de courte durée. En effet, après ces attaques bien ciblées, le candidat républicain s’est perdu dans ces propos, laissant émaner une forme de connaissance superficielle, l’empêchant de débattre sur le fond. C’est alors sur la forme qu’il a essayé de reprendre l’avantage. Mais là non plus son bilan n’est pas fameux. N’arrêtant pas de couper la parole à Mme. Clinton, D. Trump a souvent semblé excédé et impatient, l’empêchant ainsi de combler le retard pris sur sa rivale.

Aussi, le candidat républicain s’est vu attaqué sur des sujets polémiques aux Etats-Unis, comme la Guerre en Irak ou encore l’acte de naissance de Barack Obama. Sur le premier sujet  D. Trump a été soumis aux questions pointilleuses du journaliste Lester Holt, sur sa position à propos de l’intervention américaine en Irak. Bien qu’il affirme qu’il a toujours été contre, des déclarations passées démentent ses propos. Il en a été de même sur les accusations visant le lieu de naissance du président Barack Obama. Il a en effet longtemps laissé entendre que l’actuel président avait menti et violé la loi qui dit qu’il faut être né aux Etats-Unis pour devenir président des Etats-Unis, ce qui était évidemment faux. Face à ces deux points, le candidat républicain n’est pas apparu convaincant, manquant d’arguments pour se justifier.

Hillary Clinton, la force tranquille

C’est à peu près à la moitié du débat qu’Hillary Clinton a porté l’estocade à Donald Trump. Alors que ce dernier venait de la critiquer sur son action politique, la qualifiant de responsable politique classique « qui parle bien sans que jamais cela se traduise par des actes », l’ancienne “first-lady” lui a répondu sèchement : « Vous me critiquez pour m’être préparée à ce débat, vous savez à quoi d’autre je me suis préparée ? A être présidente. »

C’est la punchline qu’ont retenu tous les observateurs. Ainsi, à la question : “Hillary Clinton peut-elle rivaliser sur la forme face à Donald Trump ?” La réponse est évidemment : “oui”. Et à la question “Hillary Clinton est-elle en forme ?” La réponse est une nouvelle fois : “oui”. Rassurante et convaincante elle a réussi à lever les doutes sur son état de santé, et à surclasser son adversaire sur le fond.

En définitive, Hillary Clinton sort gagnante de ce premier débat, mais il ne faut pas enterrer le candidat républicain. Car, en 2012, c’est bien Mitt Romney qui était sorti vainqueur du premier débat contre Barack Obama. La suite ? Tout le monde la connait…

Valentin Demay