SHARE

Un mondial en panne de rêve

Pour la première fois de son existence, le Mondial de l’Automobile, qui se tiendra à Paris du 1er au 10 octobre 2016, ne réunira pas l’ensemble des grandes firmes de son industrie. Parmi les grands absents, le groupe Volkswagen et notamment ses marques de prestige ainsi que Ford et Volvo.
La nouvelle est tombée il y a quelques jours, Volkswagen, qui essuie toujours les plâtres du «dieselgate», a annoncé que ses labels de luxe ne seront pas présents cette année Porte de Versailles. On regrettera de ne pouvoir admirer, la nouvelle Bugatti Chiron, la toute récente version V8 du suv Bentley Bentayga, qui lui, sera présenté en avant première dans le rutilant showroom parisien de la firme de Crewe. Comme ses deux comparses oniriques, Lamborghini ne sera pas non plus présent Porte de Versailles.
Il est évident qu’après l’amende record dont il a écopé il y a quelques mois, le groupe allemand se doit de réduire la voilure de ses frais. Ces économies ne touchent pas seulement les constructeurs haut de gamme du groupe, puisque Volkswagen, Séat et Skoda réduiront eux aussi leurs surfaces d’exposition.
Avec en outre l’absence de Rolls Royce et de Volvo, les étendards des constructeurs premium européens seront en berne, certes à quelques kilomètres de Genève, mais si loin de Paris…
Du côté de nos cousins américains, le géant Ford se fera aussi remarquer par son absence, avec dans son sillage Cadillac et Chevrolet, qui présentent pourtant des modèles inovants.
Si l’on rajoute à la liste l’absence d’Aston Martin, de McLaren ou encore de Lotus, cette édition 2016 du Mondiale de l’Automobile risque de décevoir les amateurs de belles carrosseries, qui pourront toujours se consoler du côté du stand Ferrari, qui touchera, à n’en pas douter, les intérêts de l’affluence.

Nicolas Callegari