SHARE

On a retrouvé le service public ! (Il est planqué à la biblio)

Les sondages sont quelquefois pleins de surprises. A la question « quel est,selon-vous, le meilleur service public en France ?», les personnes interrogées répondent en premier lieu les bibliothèques universitaires…

Certaines choses ne s’apprennent pas dans les livres, quoi que…. Le très sérieux Baromètre 2016 de la qualité d’accueil dans les services de l’État révèle que les Français aiment fureter dans les rayons silencieux des bibliothèques de faculté. C’est en tout cas ce que l’on pourrait penser au premier abord.

Une fois l’étonnement passé, ( j’avoue que la B.U, pourtant oh combien fréquentée lors de mes années d’études, n’est pas la première chose qui me vient à l’esprit quand on évoque l’administration) et bien, on s’étonne encore ! Non pas que nous ayons quelques griefs contre ces lieux de calme et de connaissance, mais disons plutôt, que l’enquête réalisée par l’institut TNS Sofres et le secrétariat général pour la modernisation de l’action publique bouscule quelques peu nos râleries habituelles.

Vice et service

D’horaires absurdes en coups de téléphone insensés avec à la clé des formulaires qui défient toute logique, il est souvent facile de troquer quelque once de sagesse contre un énervement passager. Difficile également de conserver un tant soit peu de sympathie pour ces lieux publics qui du mot service n’ont bien souvent gardé que les deux dernières syllabes.

A la lumière de tous ces éléments, on comprend soudain l’attachement des Français aux bibliothèques universitaires. Pas de coups de fil (ça c’était avant…), horaires convenables et soyons francs, on se bouscule rarement dans le rayon des auteurs japonais du XIIème siècle…. Efficacité, rapidité, accessibilité, on approche du Graal.

Si les B .U pouvaient en plus traiter les demandes de cartes grises, régler nos problèmes d’impôts et de demandes de passeports, nous serions parfaitement satisfaits.

Magali Menin