Grève reconduite à iTélé : le CSA réagit

1549
0
SHARE

La rédaction d’iTélé connait une passe difficile. Depuis l’arrivée, lundi 17 octobre, du présentateur Jean-Marc Morandini, les journalistes de la chaine ont manifesté leur mécontentement. Ce jeudi 20 octobre, la grève a été votée à 86% pour le quatrième jour consécutif. Une situation qui inquiète le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.

Depuis lundi 17 octobre, la grève à la rédaction d’iTélé a été re-voté chaque jour à plus de 80% en raison de l’arrivée sur la chaine de Jean-Marc Morandini. Les journalistes montrent ainsi leur refus de travailler avec l’animateur mis en examen pour “corruption de mineur aggravée” dans une affaire de castings douteux. La rédaction d’iTélé estime que Jean-Marc Morandini compromet l’image de la chaîne et refuse de travailler avec lui.

“Une grève préoccupante” selon le CSA

Mercredi 19 octobre, Sylvie Pierre-Brossolette, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, a annoncé à l’AFP que le président du directoire de Canal +, Jean-Christophe Thiéry, serait auditionné pour expliquer “la situation à iTELE, cette grève préoccupante, la programmation à partir de lundi et le malaise dans la chaîne”. “Le CSA doit se préoccuper d’une chaîne en difficulté, pas d’une émission ou d’un animateur en particulier. Les problèmes commencent à être inquiétants, il est donc important de faire le point avec les dirigeants sur la future programmation”, a-t-elle expliqué à l’AFP.

Des revendications qui dépassent Morandini

La grève s’articule autour de l’arrivée de Jean-Marc Morandini sur la chaîne mais les revendications des journalistes ne s’arrêtent pas là. Beaucoup d’entre eux ne sont pas d’accord avec la nouvelle politique imposée par Vincent Bolloré, le patron de Canal+. Ils lui reprochent notamment de vouloir transformer la chaîne d’information en continu en une chaîne de pur divertissement tout en poussant dehors les derniers récalcitrants. La direction d’iTélé a en effet ouvert une possibilité de départ par « clause de conscience » pour ceux qui refusent de travailler avec Morandini. A quelques jours du changement de nom d’iTélé pour C News, les journalistes sont inquiets quant à l’avenir de la chaîne.

Héloïse Thebault