SHARE

La première interview de Michel Polnareff depuis son hospitalisation

C’est dans le sud de la France que Michel Polnareff est venu trouver le repos en famille et en a profité pour fêter les 6 ans de son fils Louka. Une soirée pleine de surprises avec magicien et feux d’artifices. C’est la première fois que le chanteur s’exprime depuis son hospitalisation.

Michel, comment allez-vous aujourd’hui ?
M.P(Rire) C’est une bonne question car cela aurait pu ne pas aller mais sincèrement je suis encore très fatigué. Le docteur m’a prévenu que j’allais avoir des coups de bambous mais il sait que je suis maintenant hors de danger et qu’il faut que je suive le traitement à la lettre avec des anti coagulants. Faire aussi attention à l’avion et même à la voiture pour ne pas être assis trop longtemps. Mais la chose sur laquelle j’insiste c’est que cela peut arriver à tout le monde et à n’importe quel âge. Avant j’ignorais ce qu’était une ambolie pulmonaire. C’est important de mettre au courant les autres des symptômes et c’est loin d’être marrant car cela peut donner une mort subite et je ne parle pas d’une bière Belge (Rire)

Pourquoi ce séjour près de Montpellier ?
C’est un endroit que j’ai pris en affection à travers ses paysages. L’ autre raison c’est que ma nouvelle famille n’habite pas très loin d’ici.

Dans cette épreuve , vous avez pu compter sur le soutien de Dannyellah
Elle a été prodigieuse pendant la maladie car elle a très vite senti que quelque chose ne tournait pas rond. Elle m’a protégé et empêché de prendre l’avion. Il est probable que je serais mort dans l’avion si j’étais parti faire mon concert à Nantes. Elle a fait preuve d’une grande réactivité en faisant un aller-retour Paris Los Angeles en 48 heures pour aller chercher des documents. Comme elle ne voulait pas me laisser tout seul, sa mère est restée près de moi pour être à mes côtés durant mon hospitalisation.

Charles Aznavour ne vous a pas épargné en disant « Je ne vais pas m’excuser d’avoir cette voix-là. Moi, je ne vais pas annuler pour des histoires d’assurance… »
Avec Charles on est amis depuis très longtemps. Après cette sortie, il a appelé mon avocat et il lui a dit « voilà une phrase que je dis à chaque fois que j’ai un mal de gorge et vu le contexte tout le monde l’a interprété pour Michel mais ce n’était pas le cas. » C’ est vrai que je l’ai très mal pris au départ. Mais c’est donc un malentendu total.

Côté assurance comment cela se passe-t-il ?
Le producteur s’est trouvé obligé de dire qu’il n’y avait pas d’assurance, car pourquoi envoyer un huissier ? Si un artiste est malade on lui envoie un médecin !

Est-ce que aujourd’hui tu attends des excuses ?
Il faudrait plus que des excuses personnelles ! Notamment auprès du Docteur Siou et du personnel soignant de l’hôpital Américain. Je trouve assez gonflé de mettre en doute la qualité et la véracité de leur dossier médical. Le dossier médical, je ne sais pas le lire. En revanche, le scanner même sans être un médecin, on voit bien les caillots de sang … Mettre en doute l’équipe de 20 personnes qui s’est occupée de moi, tout de même … Cela serait assez gentleman que de présenter des excuses publiques à ce médecin qui m’a sauvé la vie. Sans lui je ne serais plus là. Il parait que Coullier aurait dit un Siou c’est un Siou (rire). Vous voyez Coullier arrive encore à me faire rire !

Vous avez échappé à la malédiction qui a frappé les stars de la chanson cette année …
Oui, après David Bowie, Prince, Léonard Cohen … J’ai eu de la chance. J’aurais pu faire partie du wagon tragique avec Georges Michael le jour de noël…

Vous venez de fêter les 6 ans de Louka. Réalise-t-il que son papa est une star ?
Je suis son héros dans l’Hérault ( Rire) et je tiens absolument à être son héros et j’en suis très fier car il ne faut pas oublier que je l’ai mis au monde…Et ce soir c’est moi qui ai organisé la soirée avec magiciens et feux d’artifices. J ‘ai l’impression qu’il a beaucoup apprécié son anniversaire.

Souhaitez-vous refaire les dates annulées ?
Quand tu tombes de cheval il faut remonter à cheval ! Là je suis tombé de Pleyel et je remonterai sur cette scène. Une fois en forme, je recommencerai donc ma prochaine tournée par Pleyel après avoir fini d’enregistrer mon nouvel album. Ce qui m’a brisé le cœur ce sont ces Japonais venus spécialement de leur pays, des fans inconditionnels qui ont fait la moitié du monde pour venir me voir. Quelle catastrophe !

Il y a eu une polémique au sujet du prix de vos places. Même vos fans s’en sont émus. Les prix seront plus raisonnables pour la prochaine tournée ?
Cela a été une de mes premières bagarres avec Coullier. Dans le contrat je n’ai pas le droit à la parole. Son grand truc était de me dire que c’était le même prix qu’en 2007 mais j’ai bien conscience que le pouvoir d’achat des Français n’est plus le même aujourd’hui.

Que peut-on vous souhaiter pour cette nouvelle année ?
Une santé éclatante ! Et professionnellement, faire le stade de France mais cette fois ci à des prix raisonnables.

Romain Canot