SHARE
Photo : Olivier Thibaud

RENAULT TWIZY : Ecologique et ludique

Si le modèle automobile a été porté durant plus d’un siècle sur le modèle du thermique (essence ou Diesel), il est chaque jour une évidence croissante que ce modèle aura un jour une fin .

Que ce soit pour cause d’épuisement annoncé – bien que le pic pétrolier soit constamment repoussé (exploitation récente des gaz de schiste, ressources de l’Arctique et de l’offshore ultra profond…) ou de protection de l’environnement, le modèle actuel est appelé à évoluer.

Parmi les voies explorées, l’électrique et plus récemment – l’hydrogène.

Comme l’a fait remarquer Carlos Ghosn, le patron de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi, au sujet de la Chine, ce mouvement est directement lié au fait que le marché du véhicule électrique est très étroitement dépendant des politiques publiques et, particulièrement, des limites fixées en matière d’émission et de circulation.

C’est ainsi le cas aujourd’hui en Chine où le décollage ne doit rien à l’intérêt porté par les consommateurs chinois pour les véhicules propres et tout au droit que donnent les véhicules électriques d’échapper aux restrictions mises à Pékin ou à Shanghai à l’équipement en véhicule.

En effet, celui qui à Pékin acquiert un véhicule électrique échappe à la loterie qui permet de disposer d’une plaque aux fins de pouvoir rouler en automobile.

Et il n’est pas interdit de penser que de telles mesures risquent d’êtres adoptées en Europe dans des villes comme Paris et c’est également ce qui est en train de se dessiner en Allemagne.

Renault, un rôle pionnier

Plus près de chez nous, Renault est certainement l’un des plus actifs sur le plan de l’électrique et s’emploie – tout comme les autres acteurs de la filière – à vaincre les handicaps que sont l’autonomie et les temps de recharge des batteries.

Ainsi tout dernièrement le constructeur au Losange propose sa Zoé avec une autonomie annoncée de 400 km.

Côté hydrogène, La Poste est dotée depuis peu en région de Grenoble d’une flotte de Kangoo à hydrogène…

Et le Twizy ?

Mi scooter, mi automobile, ce véhicule électrique rompt avec tout ce que nous connaissons dans le paysage de ce qui roule.

Et comme tout nouveau concept il lui faut un temps pour s’imposer, même s’il a rencontré à ses débuts un accueil plutôt favorable en Allemagne.

Depuis son lancement en 2012, le Renault Twizy a conquis un peu plus de quinze mille acheteurs à travers l’Europe. C’est à la fois beaucoup et peu dans le même temps.

Alternative potentielle au scooter en ville, cet original quadricycle à moteur électrique ne peut néanmoins offrir la même mobilité.

Sa largeur de 1,25 m lui interdit toute remontée de file et, dépourvu de portes étanches et de chauffage, il ne peut pas, non plus, préserver ses passagers des intempéries comme une automobile.

Cependant son véritable atout – comparé au deux-roues motorisé – c’est la sécurité qu’il offre à ses usagers.

A l’instar des véhicules à quatre roues, le Twizy est stable. D’autant que les batteries logées dans son plancher améliorent sa tenue de route. Il possède aussi quatre freins à disques. Il dispose également d’un airbag conducteur et de ceintures de sécurité à quatre points.

Le Twizy protège donc bien mieux ses passagers en cas de choc qu’un deux-roues motorisé.

Très proche du sol il se conduit pratiquement comme un kart et avec d’étonnantes accélérations !

Le Twizy est disponible en deux versions : l’une de 45 chevaux (accessible dès 14 ans via le BSR), l’autre de 80 chevaux (qui nécessite le permis B). Si la première reste limitée en vitesse à 45 Km/h, la seconde peut sans problème vous emmener sur des axes plus rapides, autoroutes exclues cependant.

Et, moteur électrique oblige, le tout dans le silence le plus total !

De son côté la consommation est des plus réduites.

Rechargeable depuis une trappe à l’avant (et via un câble de 3 mètres fourni), le Twizy nécessite un peu plus de trois heures pour faire le plein à 100% de sa batterie.

Une charge complète prend 3h30 et autorise de 60 à 80 kilomètres d’autonomie réelle.

De quoi satisfaire pleinement un usage urbain ou péri-urbain !

Pour notre part nous avons pu tester le Twizy à Valberg où il est disponible en libre-service pou le ski en hiver ou le golf en été, sans oublier la découverte des environs aux portes du Parc national de la Vanoise.

De son côté le mythique hôtel Impérial d’Annecy le propose à la location pour ses hôtes : situé en bordure du lac et en accès direct du centre historique, c’est une invitation originale à la visite de la Venise des Alpes…

Olivier THIBAUD