Sommes-nous tous des nomophobes ?

594
0
SHARE

La nomophobie est la phobie de perdre son téléphone portable. Cette peur touche de plus en plus de monde dans notre société où le téléphone est devenu un objet indispensable au quotidien.

Le smartphone : nouveau doudou des adultes

Ils ne nous quittent plus. On se lève avec, on vit avec, on mange avec et on dort avec. Aujourd’hui les smartphones occupent une majeure partie de notre vie, si bien qu’on ne peut plus s’en passer sous peine d’être perdu. Grâce aux nombreuses applications il est possible de tout faire en quelques clics.

44% des personnes interrogés par Pew internet Project affirment dormir avec leurs téléphones sous l’oreiller de peur de manquer un message ou appel. Les femmes sont d’ailleurs plus addict que les hommes, puisque 70% d’entres elles révèlent ne pas pouvoir se passer de leur portable contre 61% pour les hommes. Cette addiction a un effet néfaste sur la santé puisque cela provoque des troubles de l’anxiété d’après plusieurs addictologues. En effet, vous pouvez être pris de sueurs froides, étourdissements, déstructuration sociale et manque de concentration.

La génération Z est la plus touchée

Les adolescents qui constituent la génération Z pour zapping sont ceux qui sont le plus sensible à cette maladie. Ils ont grandi avec ce gadget et ne peuvent pas imaginer leur vie sans. Ils n’ont, pour la plupart, jamais connu leur vie autonome sans cette machine. Il suffit de parler avec certains jeunes pour comprendre l’ampleur du handicap que cela est devenu dans leur vie.

Des parents se retrouvent parfois perdu face à leur enfant qui ne détache plus son regard de l’objet. Ils font alors appel à un addictologue ou un psychologue afin de rétablir le dialogue avec l’enfant pour comprendre comment gérer cette nouvelle maladie.

La génération Z n’est pas la seule frappée par cette dépendance. Les personnes issue du Baby Boum deviennent également de plus en plus accro à leurs smartphones. Même si cela prend plus de temps, le portable parvient à devenir indispensable à la vie de nos grands-parents.

Le smartphone a eu le mérite de mettre tout le monde d’accord : son pouvoir addictif.

Manon Anger