Cannes 2017 : la séléction de la 70ème édition

630
0
SHARE

À partir d’aujourd’hui, c’est le début des projections de la sélection officielle du festival mais aussi le départ de douze jours de célébration. Le dimanche 28 mai, la cérémonie d’ouverture et celle du palmarès seront toutes deux menées par Monica Bellucci. Le Festival célébrera sa 70e édition en multipliant les événements et en invitant de nombreuses stars et personnalités. Nous vous présentons la sélection officielle de la fête du cinéma.

Dix-neuf films composent la compétition de la sélection officielle du Festival de Cannes. Parmi les cinéastes sélectionnés, quatre sont Français – François Ozon («L’Amant double»), Robin Campillo («120 battements par minute»), Michel Hazanavicius («Le Redoutable») et Jacques Doillon («Rodin»). Il y a également des cinéastes féminines comme Naomi Kawase («Vers la lumière»), Sofia Coppola («Les Proies») et Lynne Ramsay («You Were Never Really Here»). Deux films ne seront pas distribués dans les salles françaises car ils sont distribués par Netflix, le géant américain du streaming.

En compétition

120 battements par minute de Robin Campillo (France).

Aus dem Nichts de Fatih Akin (Allemagne-France).

Geu-Hu (Le Jour d’après) de Hong Sang-soo (Corée du Sud).

Good Time de Benny et Josh Safdie (Etats-Unis).

Happy End de Michael Haneke (France-Autriche-Allemagne).

Hikari (Vers la lumière) de Naomi Kawase (Japon-France).

Jupiter’s Moon de Kornel ­Mundruczo (Hongrie).

Krotkaya (Une femme douce) de Sergei Loznitsa (France).

L’Amant double de François Ozon (France).

Le Redoutable de Michel ­Hazanavicius (France).

Nelyubov (Faute d’amour)­ d’Andrey Zvyagintsev (France).

Okja de Bong Joon-ho ­(Corée du Sud-Etats-Unis).

Rodin de Jacques Doillon (France-Belgique).

The Beguiled (Les Proies) de Sofia Coppola (Etats-Unis).

The Killing of a Sacred Deer de Yorgos Lanthimos (Royaume-Uni-Etats-Unis-Irlande).

The Meyerowitz Stories (New and Selected) de Noah Baumbach (Etats-Unis).

The Square de Ruben Ostlund (Suède-All.-France-Danemark).

Wonderstruck de Todd Haynes (Etats-Unis).

You Were Never Really Here de Lynne Ramsay (Etats-Unis-France).

Hors compétition

Carne y Arena, installation d’Alejandro G. Inarritu (Mexique).

D’après une histoire vraie de Roman Polanski ­(France-Belgique).

À qui sera décernée la palme d’or ?

Patience.. Tout ce qu’on peut vous dire, c’est que la palme s’est fait une beauté cette année ! Dorée à l’or fin et couverte de diamants, la Palme de cette 70ème édition devrait faire un heureux ou une heureuse car elle n’a jamais été aussi radieuse.