SHARE

La zizanie est semée au Festival de Cannes. Le responsable: la plate-forme américaine Netflix. Deux films présentés par Netflix est en compétition à l’événement cinématographique de l’année. Problème, ils ne sortiront pas au cinéma mais seront seulement disponible sur le service vidéo américain. 

Netflix concourra avec deux films en compétition

Après des semaines d’attentes, nous savons officiellement que The Meyerowitz Stories de Noah Baumbach et Okja de Bong Joon-ho ne sortiront pas sur les grands écrans. Les deux films en compétition ne seront visibles que sur Netflix. C’est la première fois, en 70 ans d’édition du Festival de Cannes que deux films ne sortiront pas dans les salles. C’est pourquoi, l’événement de l’année est très en colère contre Netflix. Le Jeudi 11 mai, on pouvait déjà voir une affiche géante du film coréen annonçant: “Okja. Netflix, le 28 juin”. Pour le moment, on ne connait pas encore la diffusion de l’autre film américain sur la plate-forme.

Voici la bande annonce de Ojka:

Le cinéma Français en colère

La Fédération nationale des cinémas français est très mécontente et conteste “ce choix fait sans concertation”. Très agacé par le géant américain du service vidéo, la FNCF n’a pas hésité à critiquer sévèrement Netflix. La fédération a rappelé que Netflix “contourne depuis des années la réglementation française et les règles fiscales”.

Un dialogue de sourds

Malgré les nombreuses discussions, Netflix rejette l’idée de diffuser ses deux films en salle. Le Festival de Cannes a pourtant redoublé d’effort pour que les deux films “puissent rencontrer les spectateurs des salles françaises”.

De nouvelles règles en 2018 ?

Malgré cette altercation, Le Festival de Cannes a confirmé le 10 mai que les deux films étaient bien maintenus en compétition. Cependant, cette histoire ne restera pas sans fin. Le Festival de Cannes a décidé de faire rentrer une nouvelle close en 2018: “Tout film qui souhaitera concourir en compétition à Cannes devra préalablement s’engager à être distribué dans les salles françaises”.  Le Festival de Cannes ne veut plus être confronté à ce genre de situation, l’affaire Netflix montre que d’un point de vue économique et culturelle, les sorties en salles sont plus que cruciales.

Netflix veut du “changement”

Ted Sarandos, le directeur des contenus Netflix, est très contrarié par la décision du Festival de Cannes. Selon lui: “le festival devrait s’en tenir à célébrer les arts”. La fédération du cinéma semble être trop traditionnel pour Netflix, il reproche au cinéma français de ne pas s’adapter à l’évolution que prend la visualisation des films. Lors d’une conférence de presse, Ted Sarandos a déclaré: “Les spectateurs changent, du coup la distribution change, du coup les festivals (…) vont vraisemblablement changer”.

Mais est ce que le Festival de Cannes est près à apporter des modifications ?

Maryann Lorcet