Laura Flessel, l’escrimeuse devenue ministre des Sports

Laura Flessel, l’escrimeuse devenue ministre des Sports

809
0
SHARE

Son nom restait surtout associé aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1996 où elle avait remporté deux médailles d’or. L’ex-escrimeuse Laura Flessel, vient d’être nommée ministre des sports. Avec une première priorité, l’obtention des Jeux Olympiques à Paris en 2024.

Une ministre championne olympique

“Vous avez été une grande championne, vous serez une grande ministre” a dit Patrick Kanner, l’ex-ministre des sports à sa successeur Laura Flessel lors de la passation de pouvoirs. Il est vrai que c’est une sportive à fort palmarès qui s’installe avenue de France. Cinq fois médaillée olympique, six fois championne du monde et une fois championne d’Europe en épée, elle avait mis fin à sa carrière en 2012 après les JO de Londres.

Née en Guadeloupe en 1971, celle que l’on surnomme “la Guêpe” commence l’escrime très jeune. Se spécialisant dans l’épée, elle se distingue lors des championnats du monde de 1995 où elle finit troisième. La consécration arrive l’année suivante lorsqu’elle remporte deux titres olympiques, un en individuel et un autre par équipe, à Atlanta. Ce seront ses deux seuls titres olympiques mais sa carrière sera ensuite marquée par six succès en championnat du monde.

Aux JO de 2000, elle n’obtient que la médaille de bronze. Quatre ans plus tard, elle repart d’Athènes avec deux médailles, une en argent et une autre en bronze. En 2012, à 40 ans, les Jeux Olympiques de Londres sont sa dernière compétition. Désignée porte-drapeau de la délégation française, sa carrière se termine sur un échec en début de compétition.

Engagement pour Paris 2024

Récemment, durant l’entre-deux tours de la présidentielle, Laura Flessel appelle avec soixante autres sportifs à voter pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle, pour que “le sport demeure un espace de liberté, d’égalité et de fraternité”.

Nommée ministre ds sports, la première priorité de Laura Flessel sera de tout faire pour que Paris obtienne l’organisation des Jeux Olympiques de 2024. Certains voient d’ailleurs cette nomination d’une championne olympique comme un signe très fort à quatre mois du verdict du Comité International Olympique.

Robin Servais