SHARE

L’âge n’enlève en rien la beauté. Sept des Playmates qui ont fait la gloire du magazine Playboy refont leurs couvertures trente ans après.

Sexy à n’importe quel âge

Être sexy à n’importe quel âge c’est possible ? Eh bien ces Bunny nous le prouvent aujourd’hui. Candace Collins, Monique St Pierre, Charlotte Kemp, Renee Tenison, Lisa Matthews, Cathy St George ou encore Kimberley Conrad Hefner sont la preuve vivante qu’avec l’âge on ne devient pas moins belle ou moins sexy, loin de là. C’est pour la nomination de la playmate 2017 que le magazine a proposé à ses Bunny préférées de refaire leurs couvertures à l’identique.

“Playmate un jour, playmate toujours”

La série de photos de Ben Miller et Ryan Lowry est une piqure de rappel à la devise du fondateur du magazine – Hugh Hefner – qui disait toujours “playmate un jour, playmate toujours”. Même pause, même tenue, même physique ravageur, même jolie minois. Résultat garantie ! Grâce à cette jolie initiative impossible de contredire l’adage disant que la beauté n’a pas d’âge. Quant à la sensualité, elle est intemporelle comme nous le montre les photos avant/après. Mais le magazine ne s’est pas arrêté là puisqu’il a proposé à ses playmates de parler de leurs vies et également de parler de leurs relations avec le magazine.

Le fils du célèbre homme à femme souligne qu’il s’agit de célébrer “la beauté, le sexy et la beauté du sexe” dans un contexte de fort changement de ligne éditoriale. Le jolie projet de Playboy rompt les barrières de l’âge et de l’attrait physique, célébrant les femmes qu’importent leurs formes et dates de naissance.

Comme quoi, même un magazine qui montre des femmes à moitié nue peut s’engager contre une certaine “date de péremption” de la beauté féminine, dû à l’âge.

Manon Anger