SHARE

« Une quête de son et de sens ». Tel est la pensée de l’association et collectif de musique Glukoz, créée en début d’année 2017 à Blois.

Mathis Renaud, président de Glukoz, est parti de ce constat : “Blois est une ville qui dispose d’une jeunesse souhaitant faire la fête. Bien que le panel culturel blésois soit développé, les attentes de ce public en terme de musique électronique ne sont pas totalement comblées“. Jeune étudiant dans les métiers de la culture, spécialisé dans la production de spectacles vivants, ce jeune natif de Fontaines en Sologne souhaite pouvoir organiser son propre festival autour de sa ville de cœur. “L’idée de l’association Glukoz est née dans notre groupe d’amis. Chacun souhaitait pallier aux attentes de ce jeune public et partager une expérience commune en promouvant la musique électronique, explique-t-il. Souvent, la musique électronique peut être mal perçue. Nous voulons casser les clichés qui lui sont associés et montrer que la musique électronique a autant de légitimité que d’autres styles de musiques alternatives“.

“Fonctionner en circuit court”

Pour Glukoz, la mise en avant du patrimoine et des partenaires locaux est primordiale. “L’objectif premier est de fonctionner en circuit-court pour mettre en valeur les acteurs de la région” détaille Mathis. Le collectif cherche donc avant tout à s’entourer de partenaires locaux dans l’optique de monter un festival dans la région blésoise. Ce principe s’applique également au sein même de l’association: tous les artistes résidents et les organisateurs sont originaires de Blois. “J’ai passé une grande partie de ma vie à Blois ; c’est en grandissant dans cette ville que j’ai pu rencontré les personnes qui m’entourent et m’accompagnent aujourd’hui dans ce projet” raconte Mathis.

Glukoz a déjà à son actif trois événements organisés dans le centre-ville de Blois. Ils se sont tous tenus au pub le M, le premier remontant au 18 février. Le dernier en date s’est, quant à lui, étalée sur trois soirées lors du week-end de l’Ascension : un afterwork le vendredi soir au Saint-Lubin, une soirée Glukoz le lendemain au M et un après-midi plus convivial au Food & Brew où le public a pu profiter de la terrasse ensoleillée. “Ces soirées ont permis de nous faire connaître auprès du public blésois, expose Mathis. Nous avons été agréablement surpris par l’engouement autour de la première soirée. Tout a été positif, en atteste Marc Lubineau, le patron du pub le M, qui s’est dit pleinement satisfait autant par l’organisation que par l’énergie dégagée par le public“.

Le prochain grand rendez-vous pour ces jeunes blésois se déroulera le 21 juin au 300 Grammes à Blois, à l’occasion de la Fête de la musique.

Pierre MORIN