SHARE

La nouvelle lubie de s’introduire des paillettes dans le vagin fascine autant qu’elle reste une énigme.Une entreprise américaine vient de commercialiser des gélules pour pailleter les sécrétions vaginales. Les gélules ne seraient pas nocives puisque composées de matériaux d’origine végétale.

 
Vous ne saviez pas comment célébrer votre 14 Juillet ? Pas de panique, une société américaine vient de créer une gélule pour un feu d’artifice de paillettes… dans le vagin ! Le principe est simple, il suffit de s’introduire la gélule comme un tampon et la chaleur du corps la dissout au bout d’une heure, laissant place à une multitude de paillettes.

  • Une tendance made in USA

C’est la société Passion Dust qui a lancé ces petites gélules au prix de 7 dollars les cinq (environ 6 euros). Fort de leur succès, les stocks se sont épuisés très rapidement et le site affiche déjà une rupture de stock massive. Les fondateurs ont alors créé une liste d’attente sur laquelle figureraient près de 7.000 personnes

Pour ce qui est des paillettes, l’entreprise n’a rien inventé, ou presque. En 2014 on voyait déjà des pilules se vendre sur Internet pour… pailleter son caca !

  • « C’est joli et juste pour le fun »

La principale question est bien l’utilité de cette capsule. « C’est une histoire loufoque encore, un truc bizarroïde du 21e siècle » selon Jacques Lansac, gynécologue. Mais pour la société qui l’a créée, « c’est joli et juste pour le fun » peut-on lire sur leur site internet. Il est même précisé que les composants végétaux offrent un goût sucré, similaire à celui d’un bonbon.

Pour l’instant aucune plainte ne semble avoir été déposée contre l’utilisation de ce produit. Les petites particules de paillettes sont d’origine végétale – amidon de maïs, poudre d’acacia et stéarate végétal – ce qui ne pose « pas de problème notable », explique Jacques Lansac, même si l’origine de certains pigments n’est pas spécifiée.

« Il n’y a pas eu d’étude, pas d’analyse donc je me méfierai et j’y regarderai à deux fois avant si j’étais une femme », tient-il cependant à préciser. En tant que professionnel de la santé, il rappelle que « le vagin n’est pas un lieu sans microbe de base mais qu’il ne vaut mieux pas en amener d’autres que ceux habituels ».

Par ailleurs, dans son Q&R, l’entreprise Passion Dust met en garde les amateurs de sexe oral: «les petites particules de paillettes peuvent déclencher une crise aux personnes qui souffrent d’asthme si elles sont ingérées»