SHARE

Une domus gallo-romaine a été découverte à Auch dans le sud-ouest de la France.

En cette semaine de mi Juillet 2017, la découverte importante qui a été faite à Auch en Avril 2017, une ville qui se situe dans le département du Gers continue de nous faire rêver. Le trésor antique qui n’est autre qu’une une vaste demeure aristocratique datant du Ier siècle après J.C. nous révèle des mosaïques époustouflantes et des vestiges qui nous permettent de remonter le temps. 

Tout a commencé par la construction d’une maison sur un terrain de la rue Augusta. Sous cette parcelle se cachait une immense demeure gallo-romaine. L’Inrap, l’Institut national de recherches archéologiques préventives est donc arrivée sur les lieux pour y faire un travail de longue haleine. Comme nous l’explique Pascal Lotti, l’archéologue en charge des fouilles “Un projet immobilier existait, et des sondages ont été effectués ici en 2012. Ces sondages sont motivés par la connaissance du site: on sait depuis des décennies que le centre de la ville antique se trouve ici. Les premiers éléments collectés en 2012 nous ont persuadés qu’on trouverait une grosse maison ici, mais sans plus d’information.”

Une domus sur un terrain de 800 m2 et plus encore comme nous l’indique Pascal Lotti “On sait avec certitude que nous ne dégageons là que l’angle nord-est du bâtiment. La bâtisse pouvait être beaucoup plus grande. Elle l’est probablement, mais le reste se trouve sous d’autres maisons.” Certaines de ces demeures patriciennes couvraient plusieurs milliers de mètres carrés.

Un élément important a été mentionné par l’archéologue, “Ce n’était pas seulement une habitation. C’était aussi un endroit de représentation, donc il fallait que ça claque un peu.”

Modification de la demeure du Ier siècle au Vème siècle après J.C. :

Du Ier au Ve siècle, la bâtisse a été plusieurs fois remaniée. « Dès l’origine, on est sur un habitat privé. A l’époque, c’est un bâtiment avec des murs de terre. » explique Pascal Lotti. Au IIe siècle, le cadastre est modifié.

Grâce à la découverte d’une monnaie à l’effigie de l’empereur Constantin Ier(272-337), on sait que cet état final de la domus est postérieur à l’an 330. C’est donc au IIIe siècle que se met en place cette grande demeure qui connaîtra deux grandes restructurations. Des thermes privés sont installées “On a trouvé, par les huit pièces dégagées, un ensemble balnéaire : des thermes privés. C’est très rare, et la marque d’une grande richesse du propriétaire des lieux.”

La batisse possédait également deux systèmes de chauffage par le sol, une technique très bien maîtrisée par les Romains.

Trois pièces ont révélé des mosaïques, pour une surface de près de 70 ou 80 m2. Pascal Lotti ajoute “C’est très rare en contexte urbain. En 25 ans de carrière et de fouilles, c’est la première fois que je vois ça.” Des grandes mosaïques polychromes avec de nombreux motifs, géométriques et floraux comme des feuilles de lierre, de laurier, d’acanthe sont à admirer… “Ce sont les restes de dallages, de plinthes, peut-être de revêtements muraux.” analyse Pascal Lotti. De même, il explique que les mosaïques “vont nous apprendre beaucoup sur un style propre à la région, qu’on appelle l’école d’Aquitaine. Il s’agit essentiellement de décors géométriques, mais ici on a aussi une pièce qui présente des décors floraux.”

A noter que l’une des 3 pièces comporte une spécificité qui attise la curiosité des archéologues de l’Inrap. “Il y a deux couches de mosaïques, l’une par-dessus l’autre. Une preuve de plus de la richesse des habitants, et cela va nous permettre de comprendre un peu mieux l’occupation des lieux.”

Importance de cette fouille: 

 “Cette maison va nous apprendre énormément, sur Auch et sur l’antiquité locale.”

Pour les archéologues, la fouille de cette demeure permettra d’étudier l’évolution de l’architecture romaine sur plusieurs siècles. Ce sera aussi, selon les mots de Dominique Garcia, président de l’Inrap, “un laboratoire pour comprendre les rythmes d’occupation d’Auch” dans l’Antiquité.

Vidéo du site romain à Auch, rue Augusta:

Sarah NOUFI