SHARE

Ces lois controversées réduiraient l’indépendance de la justice, selon les détracteursCes lois controversées réduiraient l’indépendance de la justice, selon les détracteurs.

Le président Polonais Andrzej Duda a peut-être été sensible aux arguments des manifestants qui protestent depuis des jours. Il a opposé lundi son véto aux lois controversées sur la Cour suprême et sur le Conseil national de la magistrature. Ces textes, selon leurs détracteurs, réduisent l’indépendance de la justice.

La semaine dernière, la Commission européenne a sommé Varsovie de « mettre en suspens » ces réformes, agitant la menace de possibles sanctions pouvant aller jusqu’à la suspension de ses droits de vote du pays au sein de l’UE.

Annonce de réforme du système judiciaire

Le président a par ailleurs réaffirmé le besoin de réformer le système judiciaire et indiqué avoir procédé à de très nombreuses consultations de juristes au cours du week-end passé.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté dans toute la Pologne ces derniers jours contre les réformes de la justice. Ils estiment qu’elles soumettraient le système judiciaire au pouvoir politique, celui du parti conservateur Droit et Justice (PiS), majoritaire dans les deux chambres.

Manifestations

Certains aspects de la loi sur la Cour Suprême, votée très rapidement jeudi par la chambre basse et vendredi par le sénat sont jugés inconstitutionnels par l’opposition, des organisations, des magistrats, l’Union européenne et le département d’Etat américain.

Le PiS défend ces réformes, indispensables à ses yeux pour rationaliser le système judiciaire et combattre la corruption.