SHARE
Photo : Reuters

Un véhicule a renversé des militaires ce matin à Levallois-Perret, faisant six blessés. Alors que la section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisi de l’enquête, le chauffard est toujours en fuite.

Une voiture a renversé des soldats de l’opération Sentinelle, vers 8 heures ce mercredi 9 août à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). Six militaires ont été blessés, dont trois grièvement. Aucun pronostic vital n’est toutefois engagé, a indiqué la préfecture de Police. L’incident s’est produit place de Verdun, devant un immeuble où un local est dédié au plan Vigipirate, comme l’explique l’attaché de presse de la mairie. Alors que la police a déployé un dispositif important pour l’appréhender, le chauffard est toujours en fuite.

“Un acte délibéré”

La préfecture de police des Hauts-de-Seine estime qu’il s’agit d’un acte “a priori volontaire”. Néanmoins, les raisons de l’incident ne sont pas encore établies. Sur BFMTV, le maire de la commune Patrick Balkany a déclaré : « ce matin à la sortie de leur caserne, nos militaires sont sortis en groupe pour aller faire leur tournée et un véhicule BMW prépositionné dans l’allée leur a foncé dessus ». Le maire de Levallois-Perret a ensuite dénoncé un “acte délibéré” et une “odieuse agression“. Dans un communiqué, la ministre des Armées Florence Parly condamne « avec la plus grande fermeté cet acte lâche qui n’entame en rien la détermination des militaires à œuvrer pour la sécurité des Français ».

Une enquête ouverte

Une enquête a été ouverte en fin de matinée par la section antiterroriste du Parquet de Paris, notamment pour « tentatives d’assassinats sur personnes dépositaires de l’autorité publique en lien avec une entreprise terroriste ». L’enquête est conjointement confiée à la Direction régionale de la police judiciaire (DRPJ), à la direction centrale de la police judiciaire et à la Direction générale de la sécurité intérieure DGSI).

Les forces de l’ordre visées

D’après les premiers éléments de l’enquête, l’individu a remonté une voie à contre-sens avant de percuter les militaires. Le chauffard a ensuite pris la fuite par une avenue voisine. C’est la deuxième agression envers l’opération Sentinelle en une semaine. Samedi 5 août, un homme a brandi un couteau en criant “Allah Akbar“, visant le barrage de militaires au pied de la Tour Eiffel. L’assaillant de 18 ans, déjà condamné en 2016 et fiché S, a été arrêté et mis en garde à vue. Ces attaques à répétition s’inscrivent dans le climat offensif qu’entretient L’Etat Islamique envers les forces de l’ordre.