SHARE

Le secrétaire d’État américain John Kerry s’est rendu le dimanche 10 avril 2016 à Hiroshima, où explose le 6 août 1945 la première bombe nucléaire de l’histoire, larguée par le bombardier américain Enola Gay.

En visite au Japon à l’occasion du G7, John Kerry devient le plus haut responsable des Etats-Unis à s’être rendu dans la ville détruite par le massacre de guerre, où 140.000 personnes y ont trouvé la mort il y a plus de 70 ans.

Le but de cette visite historique n’est en aucun cas une occasion pour les Etats-Unis de s’excuser auprès des dégâts et des traumatismes causés au Japon. Pour eux, l’utilisation de la bombe atomique a été la seule solution pour arrêter la guerre.

Dans cette réunion du G7, placée sous haute sécurité, les politiques aborderont “la question du terrorisme, et toutes les situations de crise, la Syrie, la Libye et puis la menace de la Corée du Nord”, a annoncé le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault.

Aujourd’hui, le secrétaire d’État américain doit se rendre au Parc de la Paix et au Musée de la Paix d’Hiroshima en compagnie des ministres du Royaume-Uni et de la France, ces deux pays étant deux autres grandes puissances du G7.

Après cette visite, il n’est pas impossible que Barack Obama se rende à Hiroshima à l’occasion de son voyage au Japon fin mai.

Léa FERRY.