SHARE

Trois soldats français sont décédés au Mali en marge de l’opération Barkhane. Deux d’entre eux sont décédés ce mercredi 13 avril 2016, un autre avait perdu la vie la veille.

Commencée le 1er août 2014, l’opération Barkhane mobilise près de 3500 militaires français en Mauritanie, au Tchad, au Burkina Faso, au Niger ainsi qu’au Mali. Au Mali justement, elle coexiste avec les 12 000 hommes de la Minusma, la mission envoyée par l’ONU. Avec ces trois nouvelles disparitions, le bilan fait désormais état de sept soldats français décédés en marge de ces opérations, qui ont pour objectif de stabiliser la région du Sahel et de lutter contre le terrorisme.

Les trois soldats décédés étaient issus du 511ème régiment du train d’Auxonne (Côte-d’Or) et effectuaient un déplacement dans le nord du Mali. En effet, selon un communiqué publié par le Ministère de la Défense, « un convoi logistique composé d’une soixantaine de véhicules avait quitté Gao afin de rejoindre Tessalit, dans le Nord du Mali ». D’après les premières informations, l’explosion d’une mine aurait frappé le premier véhicule du convoi, tuant trois passagers, en blessant un. A noter que le président François Hollande a bien sur réagit à cette triste nouvelle, par le biais d’un communiqué, saluant « avec émotion la mémoire de ces soldats français morts pour la France ».

Depuis que le Nord du Mali est tombé en mars 2012 sous le joug de nombreuses filières jihadistes, le nombre total de soldats français tués s’élève donc à 17 en quatre ans, puisque l’opération Serval avait déjà entraîné la perte de 10 membres des effectifs envoyés.

Simon Fuentes