SHARE

Le 10 juin 1999, l’humoriste Elie Kakou perdait son combat contre le cancer du poumon. Cette disparition a attristé le monde du cinéma, du théâtre et bien d’autres… Retour sur sa carrière en son hommage.

Madame Sarfati tirait sa révérence

elie-kakou

Il y a 17 ans déjà, le 10 juin 1999, Elie Kakou succombait à un cancer des poumons qui l’affaiblissait peu à peu. Elie Kakou, de son vrai nom, Alain Kakou, est originaire d’une famille juive tunisienne. Ses premiers pas, il les fait au Club Med3, puis sur la petite scène du restaurant-cabaret marseillais La Payotte, fondé par le chanteur Joyeux de Cocotier et sa compagne Elizabeth Meissirel. Par ailleurs, il suit en parallèle des études de prothésiste dentaire et obtient son diplôme.

Celui que l’on connait particulièrement pour son personnage de Madame Sarfati montera sur la scène du théâtre parisien du Point-Virgule où l’avait repéré Marie-Caroline Burnat. Il participera deux fois à la soirée des Enfoirés (en 1993 et 1995), apportant à ce spectacle son humour et ses personnages fantaisistes comme l’attachée de presse, où on l’entendait répéter : “Eh ben alors… C’est un spectacle comique : faut rigoler.” Son humour lui vaudra même une récompense : il est nommé aux Victoires de la musique en février 1995 dans la catégorie “meilleur humoriste”.

Aure-Atika-et-Elie-Kakou-dans-La-verite-si-je-mens_max1024x768

Connu en particulier pour son personnage principal de Madame Sarfati, l’humoriste connaitra de belles salles comme l’Olympia, le Zénith. Peu avant sa mort, on découvrait ses talents d’acteur dans La Vérité si je mens !

Les révélations sur sa mort

Il meurt à 39 ans à Paris le 10 juin 1999, des suites d’un cancer du poumon et repose au cimetière juif des Trois-Lucs dans le 12e arrondissement de Marseille. Dans un entretien accordé au magazine Telé Star, sa soeur Brigitte revient sur la relation fusionnelle avec son petit frère: “Elie et moi n’avions qu’une année d’écart, alors que quatorze ans nous séparaient de nos aînés. Il avait 13 ans et j’en avais 14 quand nous avons perdu notre père. Etant les deux plus petits, ça a été très douloureux. Tous les deux, nous avions crée notre propre famille dans la famille.” confiait-elle. Atteint d’un cancer des poumons, celui qui a lancé la carrière de Gad Elmaleh, avait préféré cacher sa maladie pour protéger ses proches et plus particulièrement sa maman.“On a toujours protégé ma mère. Elle était cardiaque”, explique sa soeur. “Elie, qui espérait guérir, m’a dit : ‘Brigitte, on fait rire la famille. Qu’est-ce que je vais aller gâcher leur bonheur en révélant que j’ai un cancer des poumons ?”, ces mots sont ceux que l’artiste a prononcé à sa soeur à la découverte de la maladie. temps auparavant, la famille connaissait un autre drame : “ma soeur aînée venait de perdre sa fille d’une leucémie”.

Le combat continue

logo-les-enfants-d-elie-1-e250019Pour Brigitte Kakou, qui était aussi sa costumière, l’image de son frère est toujours aussi vivace. Pour honorer sa mémoire, elle continue de lui rendre hommage à travers son association baptisée “les enfants d’Elie”, ayant pour objet de venir en aide aux enfants malades. Sensible à la souffrance des enfants, Elie avait émis le souhait de créer une fondation pour leur venir en aide, persuadé du pouvoir bénéfique de la nature et du rire. Il voulait notamment monter des spectacles dans les hopitaux… peut-on lire sur le site de l’association.

Wassila KHIAR