SHARE

Dans un match qui avait pourtant bien démarré, le PSG a compromis ses chances d’atteindre sa deuxième finale de Ligue des Champions de suite. La faute à une deuxième mi-temps trop fébrile. Il faudra marquer au moins deux buts pour espérer se qualifier mardi prochain, à Manchester.

Comment est-ce possible ? C’est la question que se posent les supporters parisiens ce matin. Comment est-ce possible de passer d’une première mi-temps excellente à une seconde totalement ratée, pas contrôlée ? Nous avons assisté hier à une rencontre ou le PSG semblait intouchable en première période et ou il a fait resurgir ses souvenirs européens les plus sombres en deuxième partie de match.

Tout avait pourtant bien commencé pour les joueurs de M.Pochettino. Après un premier quart d’heure très maitrisé et plusieurs alertes sur la cage d’Ederson, Marquinhos était à la réception d’un corner de Di Maria et donnait l’avantage aux siens (1-0, 15e). Ensuite, une première mi-temps de très haut niveau. Paris partageant la possession avec City de manière presque égale (46% – 54%) et ne concédant aucune occasion hormis une reprise en bout de course de B.Silva sortie par Navas(21e) et une frappe de Foden bien captée encore une fois par le gardien Costaricien (42e). Lorsqu’il a le ballon, le PSG l’utilise parfaitement, chacun semble bien entré dans son match et lorsqu’il ne l’a pas, les joueurs de Pep Guardiola ne trouvent aucune solution. La faute à un bloc très regroupé, parfaitement bien en place côté parisien. Angel Di Maria réalise une mi-temps de très haut niveau, Idrissa Gueye, fidèle à son habitude, empêche la liaison entre le milieu et l’attaque de Manchester City. Alessandro Florenzi, de retour en Ligue des Champions, utilise parfaitement son couloir… Bref, tout semble annoncer un nouveau match référence, un match qui pourrait mettre Paris en posture plus que favorable pour se qualifier, avant le match retour.

15e minute, Marquinhos donne l’avantage aux siens sur corner

Le PSG se saborde en deuxième Mi-temps

D’entrée au retour des vestiaires, City fait main basse sur le ballon. Les Sky Blues s’installent dans le camp parisien. Ils exercent une pression plus intense qu’en première période. Paris a du mal a ressortir correctement. Malgré cela, sur l’une de leurs seules incursions dans le camp Mancunien, Verratti est à un crampon dans mettre son équipe à l’abri. Kylian Mbappé centre fort devant le but, mais l’Italien est un poil trop court pour propulser le ballon dans le but d’Ederson (56e). Le PSG laisse alors passer sa chance de creuser l’écart. Car en face, l’adversaire ne doute pas. Sûr de ses qualités, City continue à faire tourner le ballon. Un poil plus haut, certes. La faute au bloc défensif du PSG qui recule au fil des minutes. Et après un centre anodin que personne ne touche, Kevin De Bruyne, un temps incertain pour le match, égalise, sans que Navas ne puisse empêcher le ballon de rentrer (1-1, 64e). Ce but marque le début d’un scénario catastrophe pour les Parisiens… A la suite d’une faute plein axe de Gueye, à une vingtaine de mètres du but, Mahrez profite d’un mur (qui n’en était pas vraiment un) qui s’est complètement disloqué, pour donner l’avantage à son équipe (1-2, 71e). Beaucoup se demandent alors comment est-ce possible que le mur parisien se troue à ce point ? Comment est-ce possible à ce niveau, et à cette distance du but, de tourner le dos au ballon ? Toujours est-il que le PSG, qui avait si bien entamé son match, se retrouve mené à vingt minutes de la fin du match aller.

Riyad Mahrez donne l’avantage à son équipe sur coup-franc (71e)

Après cela, plus rien côté parisien. Plus une occasion, presque plus de possession, on sent les joueurs de Mauricio Pochettino épuisés. Pire encore, ces derniers vont disputer les 15 dernières minutes à 10 contre 11 après l’expulsion d’Idrissa Gueye pour un tacle très en retard sur Gundogan (77e). Celui qui avait été l’un des meilleurs parisiens lors de la double confrontation face au Bayern sera absent mardi prochain à l’Etihad Stadium. Le PSG finit le match en pleine souffrance, à l’opposé de ce qu’il avait proposé en première période… Il leur faudra réaliser l’un voir le plus gros exploit européen de son histoire pour accéder à sa deuxième finale consécutive…

Les compos et les notes:

Paris-SG: Navas (4,5) – Bakker (4), Kimpembe (4,5), Marquinhos (6), Florenzi (5) – Paredes (5) , Gueye (4) – Neymar (4), Verratti (4,5), Di Maria (6)- Mbappé (3,5)

Manchester City: Ederson (5,5) – J.Cancelo (4,5) , R.Dias (6,5), Stones (6), Walker (6) – Rodri (5,5), Gundogan (5), De Bruyne (6,5) – Foden (5,5), B.Silva (5,5), Mahrez (6)

 

Les réactions

La réaction de Marquinhos (au micro de RMC Sport)

« C’est vrai qu’en deuxième mi-temps on a été trop derrière, on n’arrivait pas à sortir de notre camp, l’équipe de City a été plus agressive, ils ont joué plus haut. C’était ça la difficulté, il faut qu’on soit plus réguliers dans les deux périodes lors du prochain match. Il nous reste 90 minutes mais il faut faire mieux pour passer en finale.

C’est difficile d’analyser à chaud, mais c’est dur quand tu cours derrière le ballon. On n’arrivait pas à bien les contrer. Il faut être intelligents, voir les stratégies qu’on peut mettre en place. On prend deux buts vraiment bêtes, ce sont des détails, c’est la Champions League. Il faut mieux gérer ces petits détails et rester costauds dans les situations de buts.

Le match retour? Il faudra avoir de la personnalité, celui qui n’y croit pas ne doit même pas aller là-bas. Il faut une mentalité de guerrier, faire tout ce qu’il faut pour passer. On est très proches, il ne faut pas douter maintenant. Il faut améliorer ce qu’on n’a pas bien fait aujourd’hui, mais on a tout ce qu’il faut pour renverser la situation. Il faut y croire, et être costauds. »

La réaction de Pep Guardiola (au micro de RMC Sport)

« On a bien commencé les premières minutes, mais après on a encaissé un but. On n’a pas joué de la manière nécessaire dans cette compétition en première période, avec du relâchement. Mais ce n’est pas facile contre le PSG, dès que vous perdez le ballon Neymar, Di Maria, ou Mbappé vous menacent. On a été plus agressifs ensuite, meilleurs avec le ballon, on a pu déplacer le jeu et on revient à Manchester avec un bon résultat. En fait, on n’a pas changé grand-chose à la mi-temps, on a juste dit aux gars: ‘Jouez au foot, faites preuve de personnalité, si on perd, on perd, mais on doit être nous-mêmes.’

Les difficultés du PSG? Ils voulaient le faire mais ils n’étaient pas capables de le faire parce qu’on était plus agressifs. Si vous laissez Verratti ou Marquinhos trouver Neymar c’est plus dur, mais en deuxième période on ne les a pas laissés respirer.

Le retour? Peut-être qu’ils vont innover, mais vous savez, nous on veut jouer avec notre personnalité pour atteindre la finale. C’est ce qu’on doit faire. »

 

Pochettino y croit pour le retour

« Ce sont deux buts concédés sur des détails. Juste avant l’égalisation, on devait marquer le deuxième et ça change tout, analyse Pochettino sur RMC Sport. On a très bien joué en première période, on n’a pas réussi à marquer en deuxième. Il n’y a pas beaucoup plus à analyser, les détails ont été décisifs. On n’a pas montré l’énergie nécessaire en deuxième période, on mettait beaucoup plus de temps à récupérer le ballon, on le perdait trop vite, on a souffert… Je ne vais rien dire de mal sur mes joueurs. Les efforts ont été fantastiques, ce sont des détails. On n’a pas non plus concédé beaucoup d’occasions. Faire un coup là-bas? Bien sûr on y croit. On peut faire quelque chose de spécial là bas, on y croit. Cela ne marchera pas si on n’y croit pas. On va préparer ce match retour. »

Jérémy CESAR