SHARE
les-transferts.com

Meilleur buteur de l’histoire du PSG, Edinson Cavani (31 ans) est désormais une légende du club parisien. A peine libéré de l’imposant Zlatan Ibrahimovic, le buteur uruguayen a dû composer avec l’arrivée de Neymar. Un nouveau coéquipier qui l’a repoussé de nouveau au second plan mais qui n’a pas nui à son rendement, mais dont l’entente cordiale a relancé les débats sur l’avenir de l’ancien joueur du Napoli chez les Rouge-et-Bleu. Invité mercredi sur RMC dans l’émission « Team Duga », Cavani en a profité pour mettre les choses au point.
« J’ai un contrat jusqu’en 2020. L’histoire d’amour avec ce club a grandi depuis quelques temps, je suis très heureux au PSG. J’ai très envie d’atteindre les objectifs fixés par le club, je rêve de gagner la Ligue des Champions ici. Je respecte mes contrats, je suis très content ici », a-t-il déclaré. Avant d’évoquer l’hypothèse d’une prolongation. « Sincèrement, j’ai mon contrat jusqu’en 2020, j’ai 31 ans. Je pense que je peux jouer deux-trois saisons encore au top niveau et je veux me concentrer là-dessus. Pourquoi penser à une prolongation, je ne sais pas comment je serai en 2020 ».

Visiblement prêt à poursuivre son idylle à Paris, Cavani s’est tout de même fendu d’un petit conseil à ses dirigeants. « Pour moi, le football c’est un sport d’équipe. Pour moi, c’est ça qui compte. Il y a les exemples de la Juventus et de l’Atlético Madrid qui ont joué des finales de Ligue des Champions. Quand vous regardez leurs joueurs, ce ne sont pas les tops, mais ils savent jouer ensemble ». À bon entendeur…

Il est également revenu sur l’épisode que l’on a qualifié de « penaltygate » lors du match contre Lyon (2-0) en Septembre dernier. Après Neymar, qui évoquait en avril sur TV Globo « un peu de friction » et une explication trois jours plus tard, c’est au tour d’Edinson Cavani de s’exprimer ce mercredi dansTeam Duga sur ce penaltygate: « C’est vrai qu’il y a eu un problème à ce moment-là avec Neymar. On a parlé ensemble. Je lui ai dit que j’étais le premier à vouloir qu’il gagne des distinctions personnelles. Mais à condition qu’il mette d’abord les objectifs du groupe. »
Un Cavani plus impliqué que jamais, donc, qui rêve toujours de soulever la coupe aux grandes oreilles avec le club qu’il a rejoint durant l’été 2013.

Jérémy CESAR