SHARE

Le drame de Wambrechies a rouvert  le débat sur la question de la castration chimique. Laurent Wauquiez a annoncé vouloir déposer une proposition de loi pour rendre obligatoire la castration chimique. 

Doit-on rendre obligatoire la castration chimique ? C’est la question qui se pose suite à l’affaire de la petite Angélique, retrouvée morte dans la nuit de samedi à dimanche à Quesnoy-sur-Deûle, dans le Nord. Dans une interview accordée à 20 minutes, le président des Républicains a annoncé que son parti déposera une proposition de loi pour « ouvrir la possibilité pour le juge de rendre obligatoire la castration chimique ». En effet, l’homme mis en cause dans cette affaire est un prédateur sexuel récidiviste. Il a déjà été condamné pour viol en 1994 pour « viol avec arme ». 

Un débat qui divise …

La future proposition de loi des républicains ne fait pas l’unanimité dans l’opinion politique. Quelques heures après la publication de l’interview, Ségolène Royal a soutenu la proposition du patron des Républicains. 

Invité sur le plateau de LCI, Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux, lui, a vivement critiqué la proposition de Laurent Vauquiez. « Instrumentaliser un drame pour en faire un sujet politique, c’est indigne ».  

La castration chimique existe déjà en France par la loi Clément (12 décembre 2005) mais la législation ne permet pas aux juges d’ordonner la castration chimique d’un détenu. Une loi qui semble dépassée au vue de la multiplication des viols en France

… malgré des chiffres en hausse

Les statistiques du viol en France mettent pourtant en évidence la nécessité d’agir. Elles sont également en hausse par rapport à l’année dernière. En 2017, 16 400 viols et 24 000 agressions sexuelles ont été déclarés en France. C’est 12% de plus qu’en 2016 (15 848 viols déclarés). Avec environ 75 000 viols estimés chaque année, la fréquence des viols est de 10 pour 10 000 habitants.

Maxime Lavandier