SHARE

Le Clasico retour entre le Fc Barcelone et le Réal Madrid a accouché d’un score de parité au Camp Nou (2-2). Au cours d’un match électrique, les Madrilènes ne sont pas parvenus à venir à bout d’un Barça pourtant en infériorité numérique, (exclusion Sergi Roberto, 45′) pour renverser les Catalans déjà sacrés champions.

Champions d’Espagne une semaine plus tôt, le FC Barcelone a concédé un match nul (2-2) en infériorité numérique face au Real Madrid, dimanche dans un clasico électrique.Avec ce résultat, les catalans entretiennent leur série d’invincibilité en Liga. Et ne sont pas qu’à deux matchs d’une saison sans défaite.

Grâce à une volée de Luis Suarez (10e) et un but de Lionel Messi (52e), le Barça a pourtant mené deux fois au score. Mais le Real, à onze contre dix après l’exclusion de Sergi Roberto (45e+2), a su faire son retard par deux fois:par Cristiano Ronaldo (15e), touché à une cheville sur l’action, puis par Gareth Bale (72e).

Lionel Messi célèbre son but sous les yeux des madrilènes Karim Benzema et Nacho Fernandez. (Reuters)

C’était un Clasico sans enjeux qui avait lieu ce soir au Camp Nou. Nous aurions pu nous attendre à un match sans saveur, a un peu plus d’un mois de la Coupe du Monde où certains joueurs pensent avant tout à se préserver. C’est tout le contraire qui s’est produit. Un match âpre non sans contacts et sans polémiques dont le résultat préserve l’invincibilité barcelonaise: 42 matches d’affilée sans défaite en Liga, ce qui constitue déjà un record, et la possibilité, à trois matches de la fin, d’être la première équipe depuis les années 1930 à remporter la Liga sans perdre la moindre rencontre

Au niveau du classement, cela n’a aucune influence puisque le Barça (1er, 87 pts) est champion depuis le week-end dernier et le Real (3e, 72 pts) a dores et déjà l’esprit tourné vers sa troisième finale de Ligue des champions d’affilée, le 26 mai à Kiev contre Liverpool.

Ronaldo sorti sur blessure

Zinédine Zidane espérait une sorte de répétition générale. Il a été servi puisque ce clasico, le dernier d’Andrés Iniesta, salué par une ovation vibrante à sa sortie du terrain (58e), a débouché sur un bras de fer… tournant parfois au pugilat.

Cinq minutes après l’ouverture du score de Suarez (10e), Ronaldo a surgi en se jetant sur la ligne (15e). Il égale ainsi Alfredo Di Stéfano comme meilleur buteur madrilène dans l’histoire des clasicos (18 buts).
Sur le coup, le Portugais a subi une torsion de sa cheville droite qui a alimenté les craintes à 20 jours de Kiev. Malgré le fait que lui pensait pouvoir continuer, Zinédine Zidane, sans doute par précaution, a décidé de lancer Marco Asensio.

La fin de la première période fut laborieuse pour le Barça qui, étouffé par le pressing merengue, ne parvenait plus à contrôler la balle.
Puis à force de contacts, les esprits ont commencé à s’échauffer. Cela faisait longtemps que l’atmosphère de cette confrontation n’avait pas été aussi brûlante.

Tensions et animosités

Jordi Alba vs Luka Modric, Suarez vs Sergio Ramos, Messi vs Ramos, Bale vs Umtiti… Autant de duels qui ont animé le match et l’arbitre a remis de l’ordre en montrant un carton rouge direct à Sergi Roberto pour avoir frappé Marcelo du bras (45e+2).
Au retour des vestiaires, le trio arbitral n’a pas vu le balayage de Suarez sur Varane sur l’action du 2-1 et a accordé à tort le but de Messi (52e)…

Au moment de la sortie d’Iniesta, l’accolade entre les deux joueurs et la remise du brassard au petit Argentin sonnait comme une passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau capitaine du Barça.
Puis Messi a fait des siennes et multiplié les bonnes actions (62e, 81e, 82e).
Mais, à la 70ème minute, l’Argentin a manqué une balle de match seul face à Keylor Navas et ce raté a coûté cher puisque deux minutes plus tard, Bale a surgi pour égaliser d’un tir enroulé (72e). Et Marcelo aurait même pu obtenir un penalty (76e) qui aurait gâché, dans la foulée, les festivités du titre du Barça, feu d’artifice à l’appui.


Jérémy CESAR