SHARE

La commission d’appel de la Fédération française de football a décidé d’alourdir la sanction d’Anthony Lopes, initialement suspendu 3 matches. Le portier lyonnais écope de 2 rencontres supplémentaires. L’OL a réagi dans la foulée par un communiqué offensif.

L’OM-OL du 18 mars 2018 est encore dans toutes les têtes à cause de cette fameuse altercation entre Anthony Lopes et le défenseur marseillais Adil Rami. Si les deux joueurs avaient été suspendus 3 matches lors de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel, la FFF a mis son grain de sel. Le gardien de l’OL écope donc de 5 matches de suspension désormais.

Marcelo et Diakhaby aussi sanctionnés

Deux autres gones sont également concernés. Alors que Marcelo a été sanctionné de deux matches avec sursis par la LFP, sa sanction passe à un match ferme et un autre avec sursis. Même tarif pour Mouctar Diakhaby, pourtant épargné par la Ligue. Adil Rami lui échappe au joug de la FFF. Au niveau des autres sanctions, on observe une amende de 10 000 euros pour les deux clubs, ainsi que la fermeture pour un match de la tribune basse Sud du Stade Vélodrome.

L’OL sort les griffes avec un communiqué

L’Olympique Lyonnais a rapidement réagi par le biais d’un communiqué aux alentours de 23 heures ce lundi 7 mai. Ce document attaque ouvertement les Phocéens, dont notamment le président : « L’Olympique Lyonnais s’étonne que Jacques-Henri Eyraud ait pu librement critiquer la Commission de Discipline de la LFP dont il est pourtant Administrateur en mettant en doute son indépendance au travers d’expressions douteuses. »

Le club rhodanien n’en reste pas là, et prend la défense notamment de Mouctar Diakhaby, tout en visant des personnalités comme Lucas Ocampos, Steve Mandanda ou encore l’entraîneur Rudi Garcia. À en croire ce communiqué, les bisbilles entre les deux clubs olympiens ne sont pas prêtes de s’arrêter.

Wallid Addigue