SHARE

Des dizaines d’étudiants sont venus bloquer la Maison des examens d’Arcueil ce vendredi 11 mai 2018 à 7h30. Les examens sont annulés pour cette date et le samedi 12 mai.

La réforme de l’accès à l’université pose toujours problème pour certains étudiants de l’université de Nanterre. Des centaines de personnes n’ont pas passé leurs examens à Arceuil ce vendredi 11 mai 2018, dans le Val de Marne. Dès 7h30, ces manifestants ont bloqué l’accès à la Maison des examens. La première épreuve d’histoire du droit prévue à 9h, ainsi que tous les autres, ont été donc annulées. Il en va de même pour celles du lendemain. Ce mouvement avait été décidé lors de la dernière assemblée générale.

Des cheminots (SUD Rail), des postiers (SUD PTT), des intérimaires et des routiers sont même venus manifester avec les étudiants grévistes. Le ton est rapidement monté, lorsque les forces de l’ordre ont dû intervenir. Des CRS ont eu recours à des bombes lacrymogènes ou à des coups de matraques pour disperser la foule, au son de slogans comme « Boycott des examens ».

À 10 heures, l’annulation a été confirmée par mégaphone. Si les bloqueurs ont applaudi cette décision, il n’en va pas de même pour le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb : « Opposer la liberté de manifester à la liberté d’étudier n’est pas tolérable dans un État de droit. Nos forces de l’ordre resteront mobilisées autant que nécessaire pour permettre aux étudiants de passer leurs examens dans le calme et la sérénité auxquels ils ont droit ».

Frédérique Vidal, ministre de l’éducation, a qualifié cette action d’idnamissible » :

Mais les grévistes ont certaines personnalités dans leur camp, comme Éric Coquerel, député de la France insoumise (LFI) :

D’après le ministère de l’Éducation, deux universités étaient bloquées jeudi (Nanterre et Rennes-II), et cinq perturbées (Sorbonne Université, Paris-VIII, Marseille, Nantes et Limoges).

Wallid Addigue