Jeunes et ambitieux: Art’n Box, la culture dans une boîte

1095
0
SHARE
Marie Barki a 23 ans. Jeune diplomée, elle créé depuis un an sa boîte Art’nBox qui cherche à rapprocher la culture aux amateurs d’art. Nous l’avons interviewé à l’occasion de la soirée de lancement d’Art’n Box mercredi 16 mai à la galerie la Ralentie (Paris XI).

Comment et pourquoi naît Art’nBox?

L’idée d’Art’n Box m’est venue il y a un an. Je voulais travailler dans le milieu artistique, un milieu qui n’est pas rendu assez accessible et qui mérite d’être reconnu. Seuls les grands musées ou le cinéma font partie de la culture populaire, et l’art et la culture contemporaine restent toujours difficiles à approcher. C’est dommage car il y a énormément de choses à découvrir. Notre objectif est de faire découvrir des nouvelles formes d’art, des nouveaux artistes… Dans le contexte actuel, j’ai l’impression qu’on croule sous une montagne d’informations que nous ne savons pas gérer. J’aimerais que la box soit une porte d’entrée pour que les gens s’intérressent aux galeries, ce qui, je l’entends, n’est pas toujours facile: une galerie est à mi chemin entre un musée et une salle de vente et je pense que ça déconcerte souvent les gens.

Vous offrez donc aux abonnés une box mensuelle. Pourquoi suivre le concept de la box? Que contiendrait-elle?

Dans la box on trouve l’adresse d’une galerie, une invitation à un vernissage, un livre à rajouter à la collection et une oeuvre d’art créée exclusivement pour Art’n Box. Ça ne sera peut-être pas toujours oeuvre originale, mais plutôt une copie ou une reproduction signée et numérotée.

À qui s’adresse Art’n Box?

On s’adresse aux amoureux de Paris. La box n’est pas exclusivement pour les parisiens car elle est aussi conçue comme un cadeau ponctuel. Nos clients sont des gens avides de découvertes et sensibles à l’art qui n’ont pas peur du risque car une fois abonnés, on peut s’attendre à tout. C’est aussi ça, la découverte, le fait de se surprendre avec de nouvelles choses qu’on n’aurait pas forcément pu découvrir par nous mêmes. Si je devais qualifier le client d’Art’n Box, je dirais que c’est quelqu’un de curieux, enthousiaste, sensible et téméraire.

J’imagine qu’Art’n Box c’est aussi une équipe…

Effectivement, je travaille avec Elora Weill-Engerer, qui se charge du contact et développement du partenariat avec différentes galeries mais qui est surtout la rédactrice en chef du beau magazine que nous pourrons découvrir dans la box de mai. Puis Manon Darolles, la responsable de toute l’identité graphique d’Art’n Box. Elle a conçu le logo, la page web, le magazine, le design des box… Sans leur participation Art’n Box ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui.

Quelle est la stratégie de communication d’une start-up pour la nouvelle génération d’entrepreneurs?

Nous misons surtout une forte présence sur les réseaux sociaux et je pense qu’en quelques mois nous avons formé une communauté assez conséquente. Le plus compliqué est de se lancer et avec l’aide des réseaux nous pouvons grandir de plus en plus vite. Nous comptons aussi avec le soutien des galeries, en particulier de la Ralentie, qui nous a cédé ses locaux mercredi 16 mai de 17 à 22h pour célébrer la soirée de lancement. On présentera les boxs en avant-première pour tous ceux qui seront présents, même si elles sont déjà disponibles sur notre site Internet www.artnbox.com.

 

Naomi Barki