SHARE

C’était une erreur et je suis désolée”  le géant de Facebook est arrivé costume sombre mais sourire aux lèvres pour parler des lacunes de son réseau social dans la protection des données de ses utilisateurs.”Nous faisons parfois des erreurs nuisibles, mais je vais corriger le tir” a assuré le milliardaire. Mark Zuckerberg est tout de même resté prudent en indiquant que cela prendrait du temps. Et comme le temps c’est de l’argent, il a aussi parlé d’investissement. “Je m’engage à le faire bien et à réaliser les investissements nécessaires pour garder les gens en sécurité”. Le patron de Facebook a garanti que son réseau social partageait entièrement les trois principes au coeur du nouveau règlement européen : “Contrôle, Transparence et Responsabilité”.

Bien que déterminé, Le PDG du plus grand réseau social, s’est rapidement heurté face à l’impatience des députés européens. “Vous n’êtes pas devant le Congrès américain. Vous êtes en Europe. Et nous avons des attentes.” Joignant le geste à la parole, l’eurodéputé Claude Moraes a montré avec sa main à Mark Zuckerberg qu’en matière de régulation les Etats-Unis étaient « là » et l’Europe « ici », et donc plus exigeants. Il rencontre aujourd’hui, mercredi 23 mai, Emmanuel Macron à l’Elysée pour participer a des groupes de travail et à un diner aux côtés d’une cinquantaine d’autres géants du web.

Solène Vigouroux