SHARE

Le producteur déchu Harvey Weinstein, accusé par des dizaines de femmes d’agressions sexuelles, s’est présenté ce vendredi au siège de la NYPD, au sud de Manhattan.

Veste bleu marine sur chemise claire, il est arrivé sous l’oeil de dizaines de caméras du monde entier, sans menottes, ce qui a été négocié entre le procureur et ses avocats.

Longtemps vénéré dans le monde du cinéma, il devait être enregistré, sa photo et ses empreintes digitales prises. Un quart d’heure plus tard, après avoir été informé des charges retenues contre lui, l’ancien producteur sortait du siège de la NYPD, les mains dans le dos, et très probablement menotté cette fois, afin d’être transféré au tribunal pour être présenté à un juge.

À 14h30, un communiqué de la police annonce que le producteur est arrêté et inculpé dans le cadre de deux enquêtes concernant deux femmes différentes. La police de New York remercie « ces courageuses survivantes pour avoir eu le courage de se présenter et de demander justice ».

Selon le New York Times, l’accusation d’agression sexuelle concernerait celle dont a été victime Lucia Evans en 2004, qui accuse le producteur de l’avoir forcée à lui faire une fellation. l’accusation de viol daterait de mars 2013 à New York mais aucun détail n’a filtré sur l’identité de la plaignante.

C’est la première inculpation depuis la révélation du scandale qui a secoué Hollywood et les premières accusations à l’encontre d’Harvey Weinstein.

« Un pas vers la justice »

L’annonce de l’arrestation du producteur, après des mois d’enquête par le procureur de Manhattan accusé de traîner des pieds, a été saluée par plusieurs figures du mouvement #MeToo.

Pour elles, sa présentation devant la justice new-yorkaise est une première victoire. « J’avais perdu espoir de voir notre violeur rendre des comptes devant les tribunaux« , a réagi Rose McGowan jeudi soir. Elle est l’une des premières femmes a avoir accusé Harvey Weinstein. Sur Instagram, elle écrit : « Aujourd’hui, nous avons fait un pas de plus vers la justice. »

La journaliste américaine Lauren Sivan, qui avait raconté que le roi du cinéma s’était masturbé devant elle au début de sa carrière, a exprimé sa « joie » sur Twitter. « La route a été longue, mais aujourd’hui les autres victimes et moi-même nous réjouissons. Nous prions pour que plus personne ne sous-estime le pouvoir de femmes qui se dressent ensemble et crient la vérité. »

La comédienne Asia Argento, qui avait pris la parole pour raconter un viol subi en 1997 à Antibes et devenue figure de ce combat, a de son côté exprimé sa satisfaction en quatre lettres.

Le producteur de cinéma, inculpé pour un viol et une agression sexuelle a été remis en liberté ce vendredi après-midi après son inculpation, moyennant une caution d’un million de dollars cash.

Il est aussi tenu de porter un bracelet électronique. Son avocat, Benjamin Brafman, qui avait défendu Dominique Strauss Kahn, a confirmé qu’il déposerait au nom du producteur un chèque d’un million de dollars, pour lui éviter l’incarcération préventive. Prochaine audience le 30 juillet.

Alexis Duceau