SHARE

Trois jours après la terrible éruption du volcan Fuego au Guatemala, le nouveau bilan s’élève à 99 morts. Plus de 12 000 personnes ont dû être évacuées, et plus de 200 individus sont toujours portés disparus.

Dimanche dernier, l’éruption du volcan de feu a provoqué des projections spectaculaires de laves et de cendres, entraînant la panique dans les villages situés à proximité du cratère. Situé à 35 km au sud-ouest de la capital du Guatemala, le volcan continue à émettre de nouvelles explosions et écoulements de laves. Ce qui rend le travail difficile pour les secours, chargés de retrouver les disparues. Pour l’instant, 28 corps ont été identifiés, mais il n’est pas certain que la situation évolue. « Si on est piégé dans le flux pyroclastique il est difficile de rester en vie » a souligné Sergio Cabañas, directeur des opérations de secours. Les secours, pompiers et militaires ont été contraints de quitter les lieux pour leur sécurité, avant de reprendre mercredi leurs opérations de recherche des disparus.

« L’activité se poursuit et la possibilité de nouvelles descentes de flux pyroclastiques (composés de cendres, de boue, d’eau et de roches à hautes températures) dans les prochaines heures ou les prochains jours n’est pas à exclure, il est donc recommandé de ne pas rester près de la zone affectée » a signalé l’Insivumeh, l’institut guatémaltèque de vulcanologie.

Une grande partie de la population guatémaltèque a manifesté sa colère face à la passivité du gouvernement du président Jimmy Morales sur ce dossier. Les secours peinent à retrouver les personnes disparues et les familles sont de plus en plus inquiètes.

En 2012, le volcan Fuego était déjà entré en éruption, ce qui avait conduit à l’évacuation d’environ 10 0000 personnes résidant dans les villages situés sur le flanc sud.