SHARE

Ce vendredi, le président des États-Unis, Donald Trump a indiqué envisager d’accorder une grâce posthume à la légende de la boxe, Mohamed Ali. Ce dernier avait, en effet, refusé de s’engager avec l’armée américaine en 1967 alors que le pays était en pleine guerre avec le Vietnam. Il avait expliqué ne pas vouloir partir pour des raisons de religion et ne souhaitait pas, également, combattre un peuple qui ne lui avait rien fait personnellement. 

Par conséquent, le 20 juin 1967, « The Greatest » avait été condamné à une amende de 10 000 dollars et à 5 ans d’emprisonnement qu’il ne fera pas après avoir fait appel. Sa licence de Boxe lui avait été retiré tout comme son titre de champion du monde. 

Une grâce envisagée par Donald Trump qui explique également étudier le cas de « milliers de noms ». Vers la fin du mois de mai 2018, le président américain avait déjà gracié à titre posthume Jack Johnson, un boxeur noir sacré champion du monde de boxe poids lourd en 1908. Il avait été condamné à de la prison pour des raisons totalement racistes.

Alexandre Khaldi