SHARE

L’équipe de France, qui débutera sa coupe du monde le 16 juin prochain face à l’Australie, figure parmi les équipes favorites pour remporter la compétition. Si l’Allemagne, le Brésil et l’Espagne semblent mieux armés pour soulever le trophée, la France n’a pas dit son dernier mot..

« Une compétition est réussie quand elle est gagnée » déclarait Emmanuel Macron mardi dernier lors de sa visite à Clairefontaine. Le ton est lancé pour cette équipe de France qui ne manque pas d’ambitions à cinq jours de son premier match en Russie. Et si les hommes de Didier Deschamps apportaient à la France son deuxième titre de champion du monde le 15 juillet prochain à Moscou ? En tout cas, il y a des raisons objectives d’y croire…

 20 ans après…

Le 12 juillet 1998 à Saint-Denis, l’équipe de France remportait sa première Coupe du Monde devant le tenant du titre, le Brésil.  Ce soir-là, la bande d’Aimé Jacquet marquait à jamais l’histoire du football français, en surclassant la meilleure équipe du monde à cette époque. Quelques minutes suivant le coup de sifflet final, des centaines de milliers de personnes se rassemblaient aux Champs Elysées pour célébrer cette victoire. L’amour, la joie et la passion étaient au rendez-vous. Une communion jamais égalée jusque-là, et une soirée que certains ne sont pas prêts d’oublier.

Et si, 20 ans plus tard, l’histoire se répétait pour nos Bleus ? Il y a quelques jours, Christian Karembeu, ex-champion du monde 98, déclarait ceci : « La France va gagner parce qu’il y a 20 ans, nous avons réussi à le faire. Aujourd’hui, Didier Deschamps a un acquis personnel mais aussi avec son groupe puisqu’ils ont joué une finale de championnat d’Europe des nations à la maison. Il a enregistré des performances assez intéressantes. Ce parcours a été un vrai succès. Aujourd’hui, il doit rebondir”.

Un groupe jeune mais expérimenté

Avec une moyenne d’âge de 25 et 10 mois, l’équipe de France présente la sélection la plus jeune du mondial 2018. Mais Didier Deschamps le sait, il dispose d’un groupe formé de talents précoces, qui évoluent pour la plupart dans des grands clubs européens. Ils sont alors habitués à la pression des grands rendez-vous, comme les matchs de Ligue des Champions.  A 24 ans seulement, Raphael Varane a remporté la coupe aux grandes oreilles à trois reprises avec le Real Madrid. Antoine Griezmann s’est imposé comme le leader technique de l’Atlético Madrid (vainqueur de la Ligue Europa 2018) et des joueurs comme Paul Pogba et N’Golo Kanté évoluent dans le championnat Anglais, l’un des plus compétiteurs en Europe.

De plus, selon le site de référence Transfermarkt, l’équipe de France vaut un milliard d’euros, ce qui en fait l’équipe la plus cher du mondial. Si cet argument semble sordide, il donne tout de même des indices quant à la qualité de l’effectif tricolore.

Un potentiel offensif hors du commun

Entre l’avènement de Kylian Mbappé, la folie d’Ousmane Dembélé, la classe d’Antoine Griezmann et l’efficacité d’Olivier Giroud, l’équipe de France a des solutions en attaque. Ce ne serait pas surprenant de voir ces garçons-là briller lors du Mondial, tant leur talent est grand. Il est rare qu’une équipe nationale dispose d’un tel potentiel offensif et d’une telle variété dans les profils. Didier Deschamps devra faire des choix pour composer son armada offensive en Russie. Il peut s’appuyer sur l’explosivité du trio Mbappé-Griezmann-Dembélé qui s’est illustré vendredi dernier contre l’Italie, ou alors privilégier la présence d’un avant centre de métier dans le onze, comme Olivier Giroud. Franck Leboeuf a donné son avis sur l’attaque des Bleus le 4 juin dernier.

Et enfin, il ne faut surtout pas oublier la profondeur de banc, et la possibilité de s’appuyer sur des joueurs comme Nabil Fekir, Thomas Lemar ou Florian Thauvin pour débloquer des situations en fin de rencontre.

Le destin, l’expérience des grandes compétitions, le talent… la France a de sérieuses chances de remporter la Coupe du Monde en Russie cet été et d’ajouter une deuxième étoile sur son maillot. Alors, convaincu ?

Bertrand Bielle