SHARE

Après l’Italie, Malte a confirmé dimanche 10 juin son refus de recevoir un navire d’une ONG française transportant plus de 600 migrants. L’Aquarius est pour l’instant bloqué entre Malte et la Sicile, et cherche actuellement un port.

Rome et la Valette refusent catégoriquement de recevoir le navire de SOS Mediterannée qui a recueilli 629 migrants au cours de six opérations distinctes. Le premier ministre Maltais Joseph Muscat s’est entretenu au téléphone avec le chef du gouvernement italien Giuseppe Conte en affirmant que « Malte agissait en pleine conformité avec ses obligations internationales ». Il a rajouté que « Malte ne recevra pas le navire en question dans ses ports » à travers un communiqué officiel.

Le différend entre Malte et l’Italie sur ce sujet a commencé vendredi lorsque Matteo Salvini a accusé le gouvernement maltais de ne pas prendre sa part des responsabilités dans le secours et l’accueil des migrants. Selon certains médias italiens, Salvini menace de fermer les ports italiens aux navires qui recueillent des migrants si Malte refuse toujours de recevoir l’Aquarius. « Malte ne peut pas continuer à regarder ailleurs lorsqu’il s’agit de respecter des conventions internationales précises sur la protection de la vie humaine. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement de La Valette de recevoir l’aquarius afin de fournir une première aide aux migrants qui sont à bord » déclarait un communiqué italien suite à la décision de Joseph Muscat.

Pour rappel, l’Italie a envoyé deux patrouilleurs en mer avec des médecins à bord pour pouvoir « intervenir et protéger la santé de toute personne en cas d’urgence ». A bord de l’Aquarius, on compte 11 enfants, septs femmes enceintes et 123 mineurs isolés.

Aujourd’hui, la commission européenne s’est exprimé sur le sujet, en demandant à Malte et l’Italie de trouver une solution pour les passagers à bord de l’Aquarius. Le porte-parole de la Commission européenne, Margaritis Schinas, s’est exprimé devant la presse. « Nous demandons à toutes les parties concernées de contribuer à un règlement rapide afin que les personnes à bord du navire Aquarius puissent être débarquées en toute sécurité dès que possible ». « Les gens sont en détresse, ils sont à court de provisions et ont besoin d’aide rapidement »,affirment de leur coté les Nations unies.

La situation devrait s’éclaircir dans les prochaines heures.

Bertrand Bielle