SHARE

La Commission européenne reproche au géant de l’Internet d’abuser de la position dominante de son système d’exploitation pour smartphone, Android. Une sanction financière à hauteur de 4,3 milliards d’euros, soit une amende record pour Google en Europe.

L’Union Européenne a officiellement infligé mercredi une amende record de 4,34 milliards d’euros à Google qui a immédiatement annoncé, dans un communiqué, son intention de faire appel à cette décision. Cette nouvelle est apparu comme un coup de tonnerre au sein de l’entreprise californienne, qui doit mettre fin à ses pratiques illégales dans les 90 jours sous peine de se voir infliger des astreintes allant jusqu’à 5% du chiffre d’affaires journalier moyen mondial de sa maison-mère, Alphabet.

Des accusations en nombres

Depuis 2016, l’entreprise américaine Google est dans le collimateur de la Commission européenne pour plusieurs raisons. Tout d’abord, Bruxelles accuse le géant américain de profiter de la position dominante sur Android pour asseoir la suprématie de ses propres applications. Elle lui reproche aussi d’avoir obligé les fabricants de smartphones à préinstaller «Google Search», et d’avoir empêché les fabricants de vendre des smartphones fonctionnant sous des systèmes d’exploitation concurrents. Google aurait également accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles à la condition qu’ils préinstallent en exclusivité Google Search sur leurs appareils.

Cette amende est la plus importante jamais prononcée par Bruxelles dans ce type d’infraction au droit de la concurrence européenne. Le précédent record était déjà détenu par Google, qui a reçu une amende de 2,4 milliards d’euros, en juin 2017, pour avoir favorisé son comparateur commercial, Google Shopping, aux dépens des autres sur son moteur de recherche.