SHARE

Députés et sénateurs ont trouvé mercredi un accord en commission mixte paritaire sur la proposition de loi LREM visant à interdire les téléphones portables à l’école et au collège à la rentrée prochaine. 

Après avoir passé le cap de l’Assemblée, début juin, la proposition de loi portée par la majorité et destinée à interdire l’utilisation du téléphone portable à l’école  avait été durcie en début de semaine par le Sénat. Finalement, députés et sénateurs ont trouvé mercredi un terrain d’entente en commission mixte paritaire. Si cette mesure figure comme une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, elle demeure incertaine puisqu’il faut attendre les votes définitifs de l’Assemblée et du Sénat, qui devraient avoir lieu le 26 et 30 juillet. Mais le doute sur l’adoption de cette loi semble quasi nul.

Le Code de l’éducation interdit, depuis la loi du 12 juillet 2010, les portables «durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur». Mais le ministre de l’éducation nationale Jean-Michel Blanquer a défendu le besoin «d’une base juridique beaucoup plus solide», alors que près de neuf jeunes sur dix de 12 à 17 ans (86%) possèdent un smartphone en France.

Ainsi, le texte sur « l’encadrement de l’utilisation » du portable entend interdire l’usage de tout objet connecté, dans les écoles et collèges, avec des exceptions « pour des usages pédagogiques » ou les enfants handicapés. Cette réforme a pour ambition de rendre optimal la concentration de l’élève à l’école pour qu’il puisse s’épanouir dans son travail.

Bertrand Bielle