SHARE

Après une journée de vendredi où l’armée israélienne a massivement bombardé la bande de Gaza, un accord de cessez-le-feu a été trouvé dans la nuit de vendredi à samedi entre Israël et le mouvement islamiste Hamas.

Au lendemain de bombardements massifs qui ont suivi la mort d’un soldat israélien tué par des tirs de Palestiniens, les autorités israéliennes et le Hamas se sont entendus pour faire le nécessaire en vue d’un retour au calme dans la bande de Gaza. Une escalade de violence qui a également coûté la vie à quatre Palestiniens.

“Grâce aux efforts de l’Égypte et de l’ONU, nous sommes parvenus à un accord pour revenir à l’état de calme qui précédait entre l’occupation (israélienne) et les factions palestiniennes”, a indiqué le porte-parole du Hamas, Fawzi Barhoum, dans un communiqué.

Un terrain d’entente qui s’est avéré concluant puisque aucune attaque aérienne israélienne ou tir de roquette vers le sud d’Israël depuis Gaza n’a été signalé après l’entrée en vigueur du cessez-le-feu. Les responsables politiques et militaires israéliens ont toutefois refusé samedi de confirmer qu’un cessez-le-feu avait été conclu, tout en affirmant qu’un «calme total» règne depuis des heures sur le terrain.

Un conflit qui perdure entre Israël et le Hamas

Depuis plus de dix ans, l’enclave palestinienne coincée entre Israël, l’Égypte et la Méditerranée, est soumise à un strict blocus terrestre, maritime et aérien imposé par Israël. Trois guerres ont déjà opposé le Hamas et Israël depuis 2008. Au moins 149 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne à Gaza depuis mars dernier. Et la situation ne s’est pas améliorée avec les semaines, puisque Israël a encore renforcé cette semaine le blocus sur la bande de Gaza. Les livraisons de fioul et de gaz sont interrompues jusqu’à dimanche via Kerem Shalom, le seul point de passage de marchandises entre Israël et ce territoire palestinien. La semaine dernière, Israël avait déjà annoncé la fermeture de ce point de passage pour nombre de marchandises, le Hamas dénonçant un “crime contre l’humanité”. Israël a aussi réduit la zone maritime ouverte aux pêcheurs de Gaza.

Si cet accord de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas peut conduire à un retour au calme éphémère dans la bande de Gaza, il semble en revanche que l’impact du conflit entre les deux partis soit plus profond que cela, et que, malheureusement, les scènes de violences reprennent de son cours d’ici quelques semaines, voire quelques jours.