SHARE

Le constructeur automobile allemand présentera officiellement son premier modèle tout électrique le 17 septembre prochain à San Francisco pour une commercialisation début 2019. Le choix du lieu n’est évidemment pas anodin, la Californie étant l’Etat américain où les voitures électriques remportent le plus de succès.

Initialement prévue pour le 30 août prochain, la présentation de l’Audi e-tron quattro sera finalement révélé le 17 septembre prochain à San Francisco en Californie (USA). La date de présentation a été reporté suite à l’arrestation du patron de la firme dans le cadre du DieselGate en juin dernier. La première Audi toute électrique sera donc présenté à la rentrée, pour le plaisir de tous.

Un modèle attendu

L’époque où les voitures électriques jouaient la carte du futurisme semble désormais bel et bien révolue. Le constructeur aux anneaux dévoilera enfin le modèle de série dans sa totalité, notamment ses spécifications techniques et performances du modèle de série. Le véhicule devrait être équipé d’une batterie de 95 kWh couplé à 3 moteurs électriques pour une puissance totale de 320 kW (soit 435 chevaux), et plus de 400 km d’autonomie réelle. Concernant l’aspect financier et le prix de vente, les estimations devraient se situer aux environs de 80 000 euros. Un prix certes élevé, mais nécessaire pour le constructeur s’il souhaite concurrencer ses principaux rivaux en terme de voitures électriques : les Tesla Model X et Jaguar I-Pace. L’Audi E-Tron ne sera pas livrée avant 2019, du moins sur le marché américain, qui est la cible numéro une des voitures SUV (sport utility vehicle). En France, il est déjà possible de pré-commander le SUV pour 2.000€. Toujours en Europe, le crossover entrera en production d’ici la fin de l’année à Bruxelles, en Belgique.

Coté design, l’Audi E-TRON Quattro propose de remplacer ses rétroviseurs par des caméras, moins encombrantes et plus aérodynamiques. A l’intérieur, deux écrans 7 pouces haute définition apparaissent alors près des vitres latérales pour diffuser une image proche de celle des miroirs habituels. En terme de gabarit, l’engin se situe davantage entre un modèle Q5 et un Q7.

Alexandre Bourbon