SHARE

Après la plainte d’une jeune femme ayant dénoncé, vidéo à l’appui, son agression à Paris par un homme qui l’a frappée au visage en pleine rue, le paquet de Paris a décidé d’ouvrir une enquête pour  “violences” et “harcèlement sexuel”. 

Une enquête de flagrance a été confiée au commissariat du 19e arrondissement de Paris pour des faits qualifiés de harcèlement sexuel et violences. C’est Marie Laguerre, 24 ans, qui a porté plainte pour agression. La jeune femme rentrait chez elle, ce mardi 24 juillet, lorsqu’elle a été prise à partie par un homme. Il lui a d’abord adressé des gestes déplacés, des sifflements et des commentaires, avant d’en venir aux mains et de lui adresser des coups aux visages. La jeune femme a accompagné la vidéo d’un texte, ou l’on peut lire : “J‘ai donc lâché un “ta gueule” en traçant ma route. Car je ne tolère pas ce genre de comportement. Je ne peux pas me taire et nous ne devons plus nous taire». Mais «ça n’a pas plu à cet homme», poursuit-elle, expliquant qu’il lui a d’abord «jeté un cendrier dessus», avant de la suivre, de la «frapper au visage en pleine rue, en pleine journée, devant des dizaines de témoins».

Sur cette vidéo publiée par la jeune femme, on y voit l’agression, suivie de l’intervention de plusieurs témoins à la terrasse du café qui tentent de parler avec l’homme après l’agression, et l’empêchent de s’approcher à nouveau de la jeune victime, avant que l’agresseur ne finisse par s’en aller. La scène filmée a été retweetée des centaines de fois, tout comme la publication Facebook (en accès libre), qui a suscité des centaines de commentaires.

 

Suite à la la diffusion virale de la vidéo, la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, prévoit l’application de la loi de lutte contre les violences sexistes et sexuelles dès l’automne. D’ici quelques mois, le harcèlement de rue sera ainsi puni d’une amende. Une façon “d’abaisser le seuil de tolérance” pour la ministre.

Bertrand Bielle