SHARE

Christophe Castaner, délégué général de La République En Marche, a été entendu par la commission des lois du Sénat, ce mardi 31 juillet. Il a annoncé le licenciement de Vincent Crase, présent aux côtés de M. Benalla lors de la Fête du travail en mai dernier. 

Auditionné par la commission des lois du Sénat ce mardi matin, Christophe Castaner a du répondre à une question bien précise. “Que faisait un employé de LREM au cœur des incidents ?”. Ancien employé de l’Élysée et employé de LREM, Vincent Crase est aussi le compère d’Alexandre Benalla. On l’aperçoit, lui aussi, jouer au policier sur ces fameuses images des manifestations du 1er-Mai. A cette question, Christophe Castaner a répondu qu’il pensait que Vincent Crase intervenait en tant que gendarme réserviste auprès de l’Élysée, alors qu’ilavait bien un poste lié à la sécurité de La République En Marche. “”Le mouvement “En Marche” entretenait des relations contractuelles ponctuelles avec Vincent Crase en tant que prestataire depuis novembre 2016 (…) ça n’est que le 1er juillet 2017 que son statut a changé il a été embauché par le mouvement” a détaillé le délégué général du parti. Confronté à la véracité des faits, Christophe Castaner a donc décidé ce matin de lancer une procédure de licenciement contre Vincent Crase. Il considère que les faits révélés sont susceptibles de porter le discrédit sur son mouvement. “Ce n’est pas une raison pour justifier un licenciement, mais c’est une raison pour assumer un risque de contentieux devant les prud’hommes. Vincent Crase est convoqué aujourd’hui en vue de ce licenciement, un hasard de calendrier.” a t-il poursuivi.

Cet après-midi, les deux motions de censure de LR et des trois partis de gauche seront débattues et votées à l’Assemblée nationale.