Jean Vincent Placé condamné

579
0
SHARE

Ce lundi 10 septembre, Jean Vincent Placé a été reconnu coupable par la justice française pour violences et outrages à policiers. Le procureur en charge de l’affaire avait requis six mois de prison avec sursis, une mise à l’épreuve de deux ans et 1000 euros d’amende.

Jean Vincent Placé reconnu coupable

Les faits datent du 4 avril dernier. Lors d’une soirée très alcoolisée, l’ancien secrétaire d’Etat qui se trouvait dans un bar va avoir une attitude décrite comme “lourde”, par son avocat, envers un groupe de jeune femme. Au moment où le videur s’est interposé, Jean Vincent Placé aurait émis des propos racistes tels que “on n’est pas au Maghreb ici”. Suite à cela, l’homme politique avait été expulsé du bar. Une patrouille de police qui était dans le secteur est alors arrivée. Toujours sous les insultes de l’homme, apparemment ivre, les policiers ont décidé de le placer en garde à vue. Il ne sortira de celle-ci que 34h plus tard.

Un délibéré attendu

Le procureur avait requis contre le sénateur de l’Essonne six mois de prison avec sursis et 1000 euros d’amende. Me Kiril Bougartchev, considérant que la sanction était un peu lourde, avait demandé au tribunal correctionnel une simple “poursuite des soins” concernant l’alcoolisme de son client. De plus, lors de l’altercation, Jean Vincent Placé n’avait pas eu de gestes violents à l’encontre des victimes, seulement des propos virulents et avait tenu, plus tard, à exprimer sa honte “de s’être retrouvé dans cette situation”. La dixième chambre du tribunal correctionnel de Paris l’a condamné ce lundi à trois mois de prison avec sursis pour violences et outrages à policiers et à 1000 euros d’amende. On retiendra aussi que l’homme politique a été relaxé par le tribunal “des accusations d’injures à caractère racial” envers le videur du bar de la rue Princesse.

 

Maxime Le Nail