Clément Meric : 5 ans après l’histoire continue

521
0
SHARE
Depuis le début de la semaine se tient le procès des agresseurs de Clément Méric, ce militant d’extrême gauche tué lors d’une altercation avec des membres du groupe “troisième voie”. Clément Méric est devenu un symbole pour la gauche.

Une Rixe mortelle

le 5 juin 2013 lors d’une vente privée de vêtements, deux groupes, un de militants d’extrême droite et un autre d’antifascistes, se rencontrent par hasard. quelques provocations fusent dans le magasin où a lieu la vente et une petite heure plus tard les deux bandes se retrouvent devant l’église Saint-Louis-d’Antin. Du renfort a d’ailleurs été appelé par les deux camps. Chez les skinheads, on retrouve notamment, Esteban Murillo, Samuel Dufour et Alexandre Eyraud qui sont aujourd’hui sur le banc des accusés. Clément Méric lui est avec les militants d’extrême gauche. D’après les différents témoignages, il n’y aurait pas eu un groupe plus que l’autre qui aurait porté le premier coup. Mais un membre du groupe “troisième voie” (Samuel Dufour) est armé d’un poing américain. Clément Méric va recevoir des coups à la tête de la part d’Esteban Murillo et va s’effondrer. Il va être transporté à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière dans un état de mort cérébrale. Il mourra le lendemain.

Le procès 5 ans après

En début de semaine s’est donc ouvert le procès de l’affaire Clément Méric. Les trois accusés sont passés tour à tour devant les juges en livrant leurs versions des faits. De nombreux témoins étaient aussi présents. Certaines questions on été soulevées comme la violence des coups portés à la tête de Clément Méric. Esteban Murillo principal accusé dans cette affaire a tenu à exprimer ses regrets et a notamment expliqué qu’il avait changé. Témoignage que les avocats de la famille Méric n’entendent pas , ils parlent de “gommage” et non pas de “changement” dans l’attitude de l’ancien skinhead. L’utilisation du poing américain a aussi été au centre des débats et Samuel Dufour a affirmé qu’il ne l’avait pas utilisé, mais dans les SMS retrouvés dans son téléphone, il se vante de l’utilisation de cette arme blanche. Alexandre Eyraud le troisième protagoniste est jugé pour “violence” mais lui est arrivé plus tard, sa seule présence a favorisé “l’action collective”.

Les peines encourues

Après une semaine de procès, les peines encourues sont tombées aujourd’hui. La peine la plus lourde a été requise contre Esteban Murillo, il risque 12 ans de prison. Samuel Dufour, le porteur de l’arme blanche risque lui 7 ans de prison. Enfin, Alexandre Eyraud qui est arrivé plus tard, encourt une peine de 4 ans de prison dont 2 avec sursis. La justice devrait se prononcer ce vendredi 14 septembre.
Maxime Le Nail