Gilles Le Gendre à la tête d’LREM à l’Assemblée Nationale

446
0
SHARE

Ce mardi les députés du groupe “la République en marche” votaient pour élire leur nouveau chef de file. Sept candidats étaient en lice et c’est Gilles Le Gendre qui prend donc la succession de Richard Ferrand

Nicolas Hulot, personnage déclencheur

Oui, il est étonnant d’évoquer l’ancien ministre de la transition écologique dans la nomination de la nouvelle tête du groupe LREM à l’Assemblée Nationale. Mais pourtant, tout découle de cet événement. Lorsque Nicolas Hulot a quitté le gouvernement d’Edouard Philippe, il a laissé un siège vacant. C’est François de Rugy qui a pris sa place. Or,  François de Rugy était le Président de l’Assemblée Nationale. Il a donc du laissé son poste à son tour. C’est Richard Ferrand, leader de la majorité à l’Assemblée Nationale, qui est monté au perchoir, laissant à son tour vacante la tête de la République en Marche dans l’hémicycle. C’est dans ces conditions qu’un nouveau vote a eu lieu et que sept candidats se sont présentés pour prendre la tête de la majorité.  Deux noms sont sortis du premier tour, ceux de Gilles Le Gendre et Roland Lescure. C’est le premier qui a été élu avec 157 voix. Roland Lescure n’a obtenu que 107 voix. Gilles Le Gendre devient donc le nouveau leader la majorité en Marche à l’Assemblée Nationale comme l’a confirmé Christophe Castaner, Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, sur twitter.

Gilles Le Gendre, tête forte de la majorité

Le nouveau leader de la majorité LREM est un homme fort du mouvement. cet ancien journaliste spécialisé dans l’économie a rapidement pris sa place. Il a tout d’abord été élu député de la deuxième circonscription de Paris face à une forte tête des Républicains, Nathalie Kosciusko-Morizet, ce qui a accru son importance au sein du groupe En Marche.
Il est ensuite devenu membre de la commission des finances à l’Assemblée Nationale.
Il est considéré par les députés de sa majorité comme un homme humble et engagé. Il va néanmoins devoir remotiver les troupes après une élection qui n’a pas déchaînée les foules et surtout, après un début d’année compliqué, marqué par de nombreuses polémiques pour le gouvernement d’Edouard Philippe.

 

 

Maxime Le Nail