SHARE

La Russie a annoncé lundi 24 septembre 2018 vouloir renforcer la défense antiaérienne de l’armée syrienne avec des missiles suite à la destruction d’un avion russe par des frappes israéliennes.

Alors que la défense antiaérienne syrienne tentait de contrer un raid aérien israélien contre des objectifs à Lattaquié, elle a touché par erreur un avion soviétique Illiouchine-20 au-dessus de la Méditerranée. Les 15 militaires qui se trouvaient à bord sont morts sous les balles. Ils étaient chargés de faire du renseignement d’origine électromagnétique.

Moscou a tenu responsable l’armée israélienne dont les appareils se seraient « abrités derrière l’avion russe Il-20 qui s’est retrouvé sous le feu des systèmes de défense aérienne syriens S-200 », selon le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Vladimir Poutine qui a décrit la situation comme « un enchaînement de hasards tragiques », a annoncé des mesures.

Moscou a l’intention de livrer des systèmes de défense anti-aérienne S-300 à l’armée syrienne. L’armée israélienne elle, a répondu dans un communiqué que ses avions ne « s’étaient pas cachés derrière un quelconque appareil et que les appareils israéliens se trouvaient dans l’espace israélien au moment où l’avion russe a été abattu ». D’ici deux semaines, les forces armées syriennes devraient être équipées de missiles sol-air S-300, capables d’intercepter des appareils sur une distance de plus de 250 kilomètres et pouvant frapper plusieurs cibles en même temps dans les airs.

C’est en 2010 que la Russie et la Syrie avaient signé un accord pour la livraison de S-300, mais Damas n’avait pas pu prendre possession du matériel en raison de l’opposition d’Israël. Selon le ministre de la Défense Sergueï Choïgou lors d’une déclaration diffusée à la télévision, « la situation a changé » vu les événements des derniers jours.