Grève d’une grande importance en Argentine

371
0
SHARE

Depuis la fin de la semaine dernière l’Argentine est en proie à d’importantes tensions sociales. Hier, d’importantes grèves avaient lieu dans l’ensemble du pays et le principal syndicat argentin a appelé ce mardi 25 septembre 2018 à une grève généralisée.

Des décisions qui ne passent pas

La semaine dernière des coupes budgétaires ont été annoncées par le gouvernement argentin. Depuis maintenant plusieurs mois, le pays est sujet à de nombreux problèmes économiques. Depuis le début de l’année le coût de la vie a globalement augmenté de 25% et l’inflation de l’année devrait dépasser les 40%. Pendant ce temps se sont les argentins qui en payent le prix fort. Le pouvoir d’achat des habitants lui ne bouge pas. Le gouvernement souhaite obtenir auprès du FMI (fond monétaire international) un prêt de cinquante milliards de dollars pour pouvoir se remettre à flot. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles Mauricio Macri, le Président argentin, est à New York afin de rassurer Christine Lagarde, Présidente du FMI, sur l’économie de son pays. Malgré cela la situation semble de plus en plus compliquée dans le pays.

Une grève d’une lourde importance

C’est donc dans une ambiance très tendue que la “Confederación General del Trabajo de la República Argentina”, l’équivalent de la CGT en France, a lancé un appel à la grève générale ce mardi. Les premiers mouvements sociaux avaient commencé ce lundi mais c’est bien aujourd’hui que la protestation devait démarrer. Lundi soir, les différentes administrations, banques et autres services publics ont fermé et ne rouvriront leurs portes que mercredi. De plus, les taxis, bus et métro ne fonctionnent pas aujourd’hui. Enfin, plus de 450 vols au départ et à l’arrivée des aéroports argentins ont été annulés. Cette grève est regrettée par le gouvernement argentin et une récession de 2,4% est attendue pour la fin de l’année.

La grève ne semble donc pas terminée et le gouvernement argentin va vite devoir trouver une solution afin de calmer les mouvements sociaux qui s’amplifient dans le pays.

 

Maxime Le Nail