SHARE

Après le séisme de magnitude 7,5 et le tsunami qui ont frappé l’île des Célèbes en Indonésie, le bilan s’élève à au moins 1 234 morts d’après l’agence de gestion des catastrophes. Mais deux nouveaux séismes ont touché l’archipel indonésien mardi 2 octobre 2018.

Le bilan des victimes est très lourd. Au moins 1234 personnes ont trouvé la mort dans cette catastrophe naturelle qui a fait des dégâts humains et matériels importants. Les secouristes indonésiens ont découvert les corps de 34 étudiants dans une église sur l’île de Célèbes. Alors qu’ils participaient à une retraite religieuse dans le district de Sigi Biromaru, dans le nord de l’île, 86 étudiants avaient été portés disparus.

Ce sont actuellement 191 000 personnes qui ont besoin d’aide. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l’ONU (Unocha) a estimé à 191 000 le nombre de personnes ayant besoin d’une aide humanitaire d’urgence, dont 46 000 enfants et 14 000 personnes âgées.

Deux séismes au large de l’île de Sumba de magnitude 5,9 et 6 se sont abattus mardi 2 octobre au matin dans le sud de l’archipel indonésien, a annoncé l’institut géologique américain USGS. L’île est située à 1 600 km au sud de l’île de Célèbes.

Une ville et des habitants dévastés

Les habitants de la ville de Palu, dévastée par le séisme qui a frappé vendredi l’île indonésienne des Célèbes, se sont retrouvés sans presque rien. Construisant des abris de fortune en bambou ou dormant sur des terrains de football, les sinistrés tentent de survivre en cherchant désespérément de l’eau et de la nourriture. Les denrées essentielles sont devenues presque inaccessibles, le raz-de-marée ayant emporté les commerces, renversé les voitures et détruit des tronçons de la route côtière dans le centre des Célèbes. Un champ de ruine s’étend maintenant sur l’île, les maisons, les hôpitaux et les lignes électriques ont été détruits.

Tandis que les secouristes fouillaient les décombres, de nombreux habitants cherchaient sous les amoncellements de débris et dans les hôpitaux à la recherche de leurs proches disparus. Beaucoup ont également choisi de partir pour trouver refuge et éviter une nouvelle catastrophe. Une longue file de véhicules chargés d’affaires se dirigeait hors de Palu.

Claire Lefeuvre